Mbaye Leye : " Mouscron fera le job jusqu'au bout ! "

Derrière Genk, l’incontestable leader du championnat, qui, depuis le début de la saison, conjugue gros résultats et football-champagne, l’autre équipe du moment est, une fois n’est pas coutume, l’Excelsior Mouscron. Habituel vilain canard des suiveurs du football belge, l’Excelsior est en train de faire peur à tout le monde.

Ils étaient 500 supporters hurlus euphoriques, dimanche soir à Gand, à faire la fête à leur nouveaux héros. Au classement du 2e tour, Mouscron est la 3e meilleure équipe de Belgique, 3 points derrière genk et 1 derrière le Standard… mais 4 pts devant Bruges et 11 (!) devant Anderlecht. L’Excelsior affiche aussi la 4e meilleure défense du pays.

On a des joueurs complets, qui se sont progressivement libérés et ont gagné en confiance " explique le stopper Noé Dussenne. " Mais il faut rester humble, continuer à bosser et ne pas se prendre la tête. " Le gardien Jean Butez a pris une autre dimension entre les perches, il fait partie aujourd’hui des meilleurs portiers du plateau : " On pourrait avoir des regrets en se disant qu’on avait le jeu pour viser plus haut. Mais on sait aussi d’où on vient et les choses qui se sont passées au sein du club. En fait, on est où on doit être. Peut-être qu’on fait peur aux autres, mais ne nous enflammons pas : c’est le pire qui pourrait nous arriver. "

Identité de jeu

Avec Genk, Mouscron produit le meilleur football du moment en Belgique. Preuve aussi que maintien ne rime pas forcément avec catenaccio. " On a toujours voulu produire du jeu, avoir la possession et presser haut " explique le vétéran Mbaye Leye. " Il y a eu un changement de mentalité qui fait que les joueurs adhèrent au projet du coach. Nous avons maintenant une vraie identité de jeu. "

C’est la griffe du coach allemand Bernd Storck : travail, organisation, confiance, le vrai label teuton. Place à la suite : l’équipe pourrait être l’épouvantail des Play-Offs 2. Contrairement à la saison passée, le club a en effet demandé sa licence européenne. " J’ai cru entendre que le club se préparait pour cela, ce serait un super objectif de viser la finale des Play-offs 2, puis le barrage " poursuit  Jean Butez.

Arbitre impartial

Pour éviter les suspicions annuelles venues du Nord du Pays de la Flandre (souvenez-vous de ce Courtrai-Mouscron voici 2 ans et d’Eupen-Mouscron l’an passé), l’Excelsior veut surtout être l’arbitre impartial de cette fin de phase classique. Sur les 5 derniers matches à jouer, il en disputera quatre à enjeu : la descente contre Lokeren, les Play-offs 1 contre St-Trond, au Standard et à Bruges.

On va tout jouer à fond et jusqu’au bout, jusqu’à notre dernier match à Bruges " promet Mbaye Leye. " Le job se fait sur le terrain, et on le fera pour faire taire toutes les rumeurs. Mouscron n’a peut-être pas les budgets des clubs flamands, mais les belles choses qu’il est en train de montrer prouvent qu’il a sa place en D1A. "

En attendant, les joueurs remplissent leur portefeuille. Le propriétaire thaïlandais du club a reconduit récemment son investissement pour 5 ans et promet d’augmenter le budget progressivement. " La semaine passée, après notre victoire contre Charleroi, on avait reçu un petit bonus. Donc si demain les dirigeants viennent nous voir et nous versent une double prime, ils seront bien accueillis " sourit Noé Dussenne.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK