Mazzu plutôt que Storck ou Leko pour succéder à Clement ?

Mazzu plutôt que Storck ou Leko pour succéder à Clement ?
Mazzu plutôt que Storck ou Leko pour succéder à Clement ? - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Genk a vu Philippe Clement, l'entraîneur qui l'a mené au titre, s'envoler vers le FC Bruges. Ce départ, dans les « tuyaux » depuis quelques temps, n'a pas totalement surpris la direction limbourgeoise. Si les dirigeants du Racing « ont tout fait » pour convaincre Clement de rester, ils ont préparé un plan B.

Dimitri De Condé, habitué à anticiper et à compenser les départs de joueurs, va devoir viser juste pour attirer le successeur de Clement. « Nous n'allons pas sortir un grand nom de notre chapeau, mais bien le bon », a-t-il déclaré. Le directeur technique a confié qu'il avait une short-list de trois noms.

A en croire Het Laatste Nieuws, cette alternative se nomme Felice Mazzu. Les profils d'Ivan Leko et Bernd Storck ont également été avancés. Mais aucun contact n'a été établi avec les ex-coaches de Bruges et Mouscron ou leur entourage.

Charleroi et Genk entretiennent de bonnes relations et ont régulièrement fait affaire ensemble. Ces bons contacts pourraient faciliter les choses. HLN assure même que tout pourrait être réglé dès lundi, au lendemain du barrage européen contre l'Antwerp.

Mazzu a souvent été annoncé partant. Est-ce que cette fois sera la bonne ? Après six ans, le coach a fait ses preuves et peut-être le tour de la question à Charleroi. Sur le plateau de la Tribune, Marc Dergyse l'a invité à sortir de sa zone de confort. « J'en ai marre de dire depuis 6 ans qu'il fait du bon travail à Charleroi. Je veux qu'il relève le challenge de sortir de sa zone de confort, qu'il montre qu'il peut travailler dans un autre club avec une autre mentalité et une autre idée du football » affirmait l'ancien Diable.

Le principal intéressé avait lui donné rendez-vous le ... 26 mai pour évoquer son avenir. « En mon for intérieur, j’ai déjà pris ma décision, et je suivrai ce que je ressens. Mais j’en parlerai après le 26 mai… puisque j’espère arriver en finale des barrages. C’est le moment venu de quitter Charleroi ? C’est vous qui le dites, moi je n’en dis pas plus pour l’instant. Mais je ne comprends pas ceux qui disent que je dois quitter ma zone de confort et me mettre en péril : travailler à Charleroi, dans les conditions que j’ai toujours connues, est tout sauf une zone de confort, c’est même une zone de danger. Car il faut y bosser beaucoup chaque jour pour réussir quelque chose de bien. Et je défie mon successeur… si j’en ai un  », déclarait-il dans le Gril d'Erik Libois le 15 mars dernier. 

Coacher un club du G5, succéder à Clement et disputer la Ligue des champions, voilà en tout cas trois beaux challenges pour Mazzu. Difficiles à refuser ? Seul lui à la réponse.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK