"Tous coupables", des règles dès janvier, sa double casquette "pas normale" : Les mots chocs de Marc Coucke

Marc Coucke dans La Tribune
4 images
Marc Coucke dans La Tribune - © RTBF.be

Le Président d'Anderlecht Marc Coucke était l'invité de La Tribune ce lundi soir. A côté de l'analyse de la 11ème journée de Pro League, Michel Lecomte, Benjamin Deceuninck et les consultants de la Tribune ont consacré un grande page au Footgate.

"On a donné trop de pouvoir aux managers, nous sommes tous coupables"

Marc Coucke, Président de la Pro League et du Sporting d'Anderlecht, a livré son avis sur la situation actuelle, tant au niveau de la falsification de matches, du blanchiment d'argent dans le monde du football, et du pouvoir attribué à quelques managers.

"Grâce au VAR, il faut déjà être deux pour accorder un penalty qui n’est pas valable, a précisé Marc Coucke. Et quand des gens essaient d’acheter un match, peut-être que les peines doivent être fortement augmentées. La falsification de matches, c’est terrible, c’est le pire dans le foot ! Au niveau du blanchiment d’argent, c’est complètement inacceptable, et on doit créer à l’avenir un système pour éviter que ça arrive. Enfin, nous avons tous créé un environnement où nous avons tous donné trop de pouvoir aux managers. Nous sommes tous coupables à ce sujet."

"J’ai fait voter il y a deux ou trois semaines à la Pro League un nouveau code éthique, a repris le Président de la Pro League. Les dirigeants de clubs mais aussi les entraîneurs et tous ceux qui sont liés à un club peuvent "critiquer" une décision d’un arbitre mais ils ne peuvent plus mettre en doute l’intégrité des arbitres. Il y a beaucoup de combats et il faut bien les choisir."

"Un accord entre les 24 clubs professionnels pour le mercato de janvier"

Les conflits d’intérêts font partie des reproches formulés ces derniers temps. Le football est dirigé par des membres des clubs. Difficile de rester neutre dans ces conditions. Marc Coucke est ainsi actuellement à la fois président du RSCA et Président de la Pro League.

"Une fois que les personnes indépendantes seront à leur place, je me retirerai car ce n’est pas normal que je sois Président de la Pro League et celui d’Anderlecht. Il faut une nouvelle structure avec un indépendant à sa tête", avoue Marc Coucke.

"Ce que je veux faire, c’est que lors du mercato de janvier, il y ait déjà beaucoup de choses réglées, a repris l'ancien Président d'Ostende. Ce qui est possible, c’est que les 24 clubs professionnels (D1A et D1B, NDLR) signent entre eux un accord commun reprenant les règles dans lesquels ils veulent bien travailler. A ce moment-là, on aura fait un premier pas. Les autres choses prendront plus de temps."

"Les sanctions (pour les clubs impliqués dans les affaires de matches truqués, NDLR), c’est de la responsabilité de la Fédération et pas de la Pro League. Je suis déjà très content que ce ne soit pas à la Pro League de prendre la décision. Je ne serais pas étonné que Peter Bossaert (CEO de l’Union Belge) et son équipe constituent un comité des sages indépendant. Si des dirigeants sont impliqués, c’est la dégradation en fin de saison d’une division et si la majorité des dirigeants est impliquée, c’est la radiation qui est prévue. Quand on voit Malines et ses supporters... Ce club, il existe grâce aux supporters. Ce club ne méritera jamais la radiation, mais ce n'est pas moi qui décide. D'un point de vue personnel, je trouverai ça dommage. Pour les décisions, ce sera toujours trop vite ou trop tôt."

Rappel des faits en quelques lignes

Le 10 octobre, une vague de perquisitions menée par la police judiciaire fédérale secoue le monde du football belge. Depuis plusieurs mois, le parquet fédéral conduit une enquête qui aboutit à l'inculpation de 29 personnes, dont 9 ont été incarcérées.

Les faits reprochés sont multiples et sont qualifiés, entre autres d'organisation criminelle, blanchiment et corruption privée. La justice soupçonne des fraudes financières et sportives.

Il y a plusieurs volets dont des soupçons de fraudes sur les commissions liées aux transferts de joueurs et un gros chapitre sur deux matchs présumés arrangés. Plusieurs acteurs du football belge sont soupçonnés d'être impliqués dans l'un ou l'autre des volets de ce que l'on appelle dorénavant le footballgate.

Entre autres :

- Des agents, dont Mogi Bayat et Dejan Veljkovic, deux des agents de joueurs les plus influents en Belgique,
- Des dirigeants du FC Malines (Olivier Somers, actionnaire principal, Stefaan Vanroy, Directeur sportif et Thierry Steemans, Directeur financier) et de Waasland Beveren (Dirk Huyck, Président, et Olivier Swolfs, Directeur financier),
- Des arbitres (Bart Vertenten et Sébastien Delferière),
- Des joueurs et entraineurs (Olivier Myny et Ivan Leko),
- Des journalistes

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK