Le stade, Edmilson, Van Holsbeeck, le projet Anderlecht... Marc Coucke se dévoile

Marc Coucke est l'invité de la Tribune ce lundi. Le nouveau Président du Sporting d'Anderlecht aborde aussi bien les ambitions et performances du champion de Belgique en titre en cette fin de saison que son projet et ses choix depuis son arrivée dans le club bruxellois. Morceaux choisis.

Sur son rôle à la tête d’Anderlecht : "J’ai de nouveau un boulot. Pendant 27 ans, j’étais chez Omega Pharma. Aujourd’hui, avec Anderlecht, je retourne au boulot. Je travaille à l’amélioration du futur du club. La passion est là. C’est le premier vrai projet de ma vie dans lequel je ne sais pas si cela va marcher. Cela donne du poivre et du sel qu’il y ait cette inconnue. J’ai été plus souvent en semaine à Anderlecht durant ce mois que durant les 4 ans à Ostende."

Et d’ajouter : "Dans ma vie professionnelle, c’est mon dernier gros challenge. Je suis resté 27 ans chez Omega Pharma et j’ai pris la responsabilité de reprendre le club. La famille Vanden Stock m’a aussi choisi entre plusieurs candidats en connaissant mon projet. Je regarde les matches d’Ostende à la télé et je suis toujours supporter d’Ostende mais il y a deux matches l’année prochaine que j'espère que les Côtiers vont perdre tout simplement." 

Sur le projet du stade pour Anderlecht : "En Belgique, il doit y avoir quelques nouveaux stades et pas seulement à Anderlecht. A Bruges, ils auront bientôt un nouveau stade avec du potentiel.  Le potentiel à Anderlecht est d’avoir plus de 21.000 spectateurs.  Pour moi, tout est possible. Première possibilité : ajouter un troisième anneau au stade existant. C’est la solution plus rapide mais pas la plus efficace, ce n'est pas très moderne. La deuxième possibilité est un autre stade dans la ville d’Anderlecht dont Neerpede fait partie.  La troisième possibilité est d’aller voir dans une autre commune. Il y a une préférence évidemment de rester à Anderlecht."

Les ambitions du nouveau Anderlecht : "Je vais essayer d’arriver dans le sub-subtop européen. Essayer, une année sur deux, de passer l’hiver en Europe et peut-être parfois d’avoir une année très glorieuse. Quand on voit ce que Bâle fait ou encore Porto, Salzbourg et ce que l’Ajax a fait, pourquoi cela n’est pas possible ? Au niveau économique, la Belgique se porte mieux que le Portugal. Le projet à Anderlecht est que le budget augmente. D’ici 5 à 10 ans, il devrait monter de 50%. Et la plus grosse partie du budget doit aller vers le sportif (l’équipe A et les jeunes)."

Sur les commissions des agents de joueurs (intermédiaires) : "Tout va se normaliser. Les intermédiaires, il faut les respecter pour ce qu’ils font, pas plus et pas moins. Nous, on ne regarde pas le manager mais le joueur.  Et quand le joueur est avec  Monsieur Bayat, on parle avec Monsieur Bayat et si c’est un autre manager, on parle avec  ce manager.  Jusqu’à présent, on a fait trois transferts et c’était avec trois managers différents."

Sur la manière de gérer le mercato : "Quand on fait des transferts à la fin de chaque période, on devrait avoir une équipe équilibrée. Suite à diverses circonstances, Anderlecht a trop peu d’attaquants et de défenseurs et trop de médians. Dès l’année prochaine, on aura toujours un plan A et un plan B. Avec Siani à Ostende, le dernier jour du mercato, on savait que c’était possible qu’il parte et on avait déjà la solution de remplacement avec Nkaka. Trois heures après le départ de Siani, Nkaka a signé à Ostende. Je ne me suis pas mêlé des transferts à Anderlecht en janvier. Si je l’avais fait, Anderlecht aurait un noyau différent. J’ai suivi les règles. A un moment, on disait que lors du mercato que Coucke retirait tous les moyens financiers. J’ai précisé que dans le contrat de reprise d’Anderlecht, il n’était pas écrit que le club ne devrait que vendre ou acheter. "

Hein Vanhaezebrouck sera-t-il encore l'entraîneur d'Anderlecht la saison prochaine ? "Oui"

Sur le départ d’Herman Van Holsbeeck après 15 ans passés à Anderlecht : " Je ne pensais pas que cela se ferait si vite. Ce n’est pas mon style et ce n’était pas mon but. Mais il a fallu prendre des décisions rapides pour redresser la situation. J’aurais préféré que cela se passe d’une autre manière ".

Le joueur du Standard qu'il prendrait bien à Anderlecht ? Edmilson !

Sur le joueur du Standard qu’il prendrait dans le noyau d’Anderlecht : "Edmilson. Je réponds à la question. Je le précise avant que cela fasse la une des journaux. Je dis cela comme si j'avais une baguette magique".

Et à la question de savoir s’il pourrait attirer un Diable rouge à Anderlecht et si ce serait faisable financièrement : "La question que je me pose est de savoir si c’est la meilleure façon d’atteindre le but pour les supporters d’Anderlecht. Je trouve que c’est mieux d’aller chercher des joueurs qui deviennent ensuite internationaux de leur pays comme on a trouvé Dimata ou Marusic à Ostende."

Son anecdote sur son premier clasico au Standard : "Tout le monde m’avait dit : " attention, vous êtes maintenant le président d’Anderlecht et les gens du Standard vont moins t’aimer ".  Je n’ai rien remarqué. Ils ont demandé autant de selfies que l’année dernière."

Sur Sa Pinto et ses frasques : "Je trouve pas mal qu’il existe des personnages comme cela qui sont passionnés. Quand il fait preuve d’humour, je l’aime bien. Quand il est agressif, nettement moins. Cela ne veut pas dire qu’il peut venir gagner chez nous (sourire) ".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK