Dispute avec Dierckens, mauvaise réception en tribunes et départ précipité du stade : "L'après-midi hallucinante" de Coucke

L'après-midi d'Anderlecht n'a rien eu d'un long fleuve tranquille, que ce soit sur le terrain...comme en dehors. Battu par une équipe d'Ostende pourtant en cruel manque de confiance, le Sporting s'est également distingué par l'attitude de Marc Coucke, son président.

En visite dans son ancien club, Coucke s'est écharpé avant la rencontre avec le président d'Ostende. Il s'est expliqué au micro de Sporza après la rencontre : "Alors que j'étais en route pour aller dîner avec un ami, j'ai entendu une interview de Frank Dierckens (le président des Côtiers, NDLR) à la radio. Il parlait de son club de manière assez provocante. Je n'ai pas trouvé cela correct. L'ambiance était déjà tendue et deux heures avant la rencontre, il provoque encore plus les supporters. Ce n'est pas très sportif et je lui ai dit. Il faut savoir que je n'ai pas eu affaire avec lui. Je ne sais rien de comment il a repris le club. Mais dans cette interview, il rejetait la faute sur moi" justifie-t-il.

S'en est suivi un improbable imbroglio avec un président d'Anderlecht prié de quitter les tribunes, pour raisons de sécurité, avant de se retrouver...dans les vestiaires pour regarder le match. Vestiaires desquels il a été expulsé dans la foulée, le délégué de match estimant, en accord avec l'arbitre, que Coucke devait quitter les lieux cinq minutes avant l'entracte. De quoi irriter le truculent président anderlechtois qui a finalement décidé...de quitter le stade juste avant la mi-temps. "Une après-midi hallucinante" conclut-il fataliste.

Au vu du résultat du match et des réactions des supporters anderlechtois, on ne peut s'empêcher de penser que Coucke a bien fait de ne pas assister au match depuis les tribunes...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK