Malines : et maintenant, on fait quoi ?

La victoire de Malines en Coupe de Belgique génère un fameux capharnaüm, qui met en jeu la crédibilité de la Fédération. Face aux probables recours en cascade, l'Union belge devra trancher vite. Et fermement...

La première question concerne le volet européen.

Malines a sa licence européenne, mais pas pour longtemps : l’UEFA ne plaisante pas avec le match-fixing, et une simple suspicion étayée par quelques preuves lui suffit. Pour la même chose en 2011 la Fédé européenne a banni les clubs turcs de Fenerbahce et Besiktas. Et Malines a contre lui les écoutes téléphoniques de la Police belge.

Mais tant que l’UEFA ne communique rien officiellement, on ignore qui sera le barragiste des PO1 : le 4e ou le 5e ? La Pro Ligue en parlera lundi, et d’ici là le téléphone va chauffer avec Lausanne pour que l’UEFA se prononce avant le 26 mai, date prévue du fameux barrage. Faute de quoi, certains évoquent un barrage... à trois clubs: le 4e des PO1, le 5e et le vainqueur des PO2.

Avec les recours, on serait alors déjà mi-juin, il faudrait rappeler les clubs concernés déjà en vacances... alors que fin juin, certains reprennent la préparation pour la prochaine saison. Et on ne vous parle même pas d’un éventuel recours de Malines devant le TAS contre l’UEFA, car ce recours-là est peu probable. Légitimement, les Malinois tiennent davantage à leur sésame en D1A qu'en leur ticket européen.

Car l’autre aspect, le plus épineux, c’est si Malines est privé de montée en D1A et rétrogradé en division amateurs.

Le problème ici, c’est le timing de la procédure, fixé cette semaine. Les audiences auront lieu à partir du 18 mai, avec décision le 30 mai, après donc le fameux barrage. Si Malines est condamné, ici c’est sûr, il ira en recours partout, tribunaux civils, Cour Belge d’arbitrage du Sport et tant qu’à faire aussi le TAS. Mais pas que Malines : Lokeren (relégué de D1A) et le Beerschot (perdant de la finale de D1B) sont directement intéressés par une condamnation de Malines et Waasland-Beveren. Et, plus bas, Tubize aussi, qui resterait en D1 B, si Malines basculait en D1 amateur.

L’Union Belge a très peur de ce scénario, qui l’emmènerait dans des années de procédure très coûteuses. Très frileuse depuis l’arrêt Bosman en 95, et l’affaire Geel-Namur il y a 10 ans qui avait amené la Fédération à élargir la D2... à 17 clubs, l'Union Belge pourrait aussi ouvrir son parapluie et opter pour une D1 élargie à 18 clubs, histoire de sauver tout le monde.

Une sorte de jugement de Salomon qui contenterait provisoirement chacun mais décrédibiliserait définitivement nos instances. Et susciterait une fronde chez ceux qui réclament depuis longtemps une... réduction de la D1A à 14 clubs.

Bienvenue chez Clochemerle. Mais que de jolis dossiers pour les avocats de tous poils...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK