Lukas Nmecha, le prochain crack d'Anderlecht version Kompany ?

Vendredi soir, Lukas Nmecha a crevé la nuit noire courtraisienne, dans un stade des Eperons d’Or chlinguant tristement le match à huis clos, tendance Covid-19. Reste qu’il en a profité pour marquer ses deux premiers buts de plein jeu, après avoir déjà buté deux pénos contre Waasland-Beveren et le Cercle Bruges. Menant ainsi le Sporting d’Anderlecht à sa 4e victoire de la saison, synonyme de repositionnement au classement. Son total perso : 4 buts en 566 minutes, pas mal… mais pas encore de quoi se rouler par terre en petite culotte.

À Courtrai, c’est aussi sa panoplie qui a scotché les observateurs : courses, gabarit, technique en mouvement, accélérations, déviations, présence dans les duels, calme et repli défensif. Déjà le registre de l’attaquant complet.

Nmecha m’a impressionné par son activité en décrochage en 1e mi-temps, puis par ses actions en profondeur après la pause " explique Philippe Albert, consultant Eleven Sport et RTBF qui a commenté le match au stade. " Il joue juste, en déviation comme en contrôle. C’est un vrai 9, et Vincent Kompany l’a bien compris : il a un sens du but acéré, ses deux réalisations l’ont démontré car il était présent où il le fallait sur le 0-1 et le 0-3. Nmecha sera encore plus fort quand Yari Verschaeren aura retrouvé son meilleur niveau et si Albert Sambi Lokonga confirme ses prestations taille patron. Mais Nmecha reste perfectible techniquement dans les petits espaces. Il faudra voir aussi comment il se débrouille seul devant, dans les matches où le Sporting sera acculé. Il me fait penser au jeune Igor De Camargo, avec une présence athlétique équivalente, mais une technique supérieure. Et sa marge de progression reste énorme. "

" Il joue si facile… "

Prêté à Bruxelles une saison par Manchester City, mais sans option d’achat, Lukas Nmecha a derrière lui tout le soutien de Vince The Prince, qui l’a affronté aux entraînements des Citizens. Et était aussi sur le terrain lors des deux apparitions du jeune Lukas en Premier League, au printemps 2019, dans la sélection championne de Pep Guardiola en action contre West Ham et Brighton (14 petites minutes de présence pour Nmecha).

Dès ses premières minutes à Ostende, on a vu que ce Nmecha avait quelque chose en plus " enchaîne Alex Teklak, analyste RTBF et Proximus. " Ses premières touches ou son jeu en remises dos au but, tout chez lui respire la facilité et la classe naturelle. Il est ‘propre’ car il est doté de ce qu’on appelle une technique ‘utile’, c’est-à-dire simple et efficace. Cela frise même parfois la nonchalance... Son langage non-verbal révèle aussi pas mal de maturité, malgré ses 21 ans : Nmecha est calme au ballon et ne semble pas ressentir la pression. Il peut jouer à tous les postes offensifs, même si je le préfère dans l’axe car il bouge bien entre les lignes et participe activement à la construction du jeu. Son gros point fort est, selon moi, ce changement de rythme qui lui permet de casser les lignes adverses : Nmecha est beaucoup plus qu’un simple attaquant de rectangle type Teodorczyk ou Santini. Mais son profil est adapté à une équipe qui possède le cuir et pratique un jeu dominant : je le vois mal, seul sur son île, à attendre des ballons. Mais s’il atteint ses 10-15 buts en fin de saison, et il est bien parti pour cela, c’est sûr qu’il sera trop cher pour la Belgique... "

" Le futur meilleur attaquant du championnat ! "

Coté à 4,5 millions sur www.transfertmarkt.de Nmecha, c’est certain, va voir sa valeur monter en flèche ces prochaines semaines. Avantage pour lui : il fait partie de la même écurie de management que Gareth Bale (premier joueur flashé, jadis, à 100 millions d’euros) et… Jérémy Doku, dont le prix a flambé à 26 briques le mois dernier.

Je regrette d’ailleurs que Doku soit parti parce qu’avec lui et Tau, Nmecha formait selon moi la meilleure triplette de Pro-League " analyse Nordin Jbari, consultant RTBF et Eleven Sport. " La présence de Kompany au Sporting est importante, car l’image de Vincent est puissante chez des jeunes comme lui. Pour moi, Nmecha n’est pas un vrai 9 comme Dimata, car il a besoin de profondeur et d’avoir le jeu devant lui : il me fait un peu penser à Milan Baros, qui portait l’attaque tchèque avec Jan Koller. Nmecha est très bon face au but, il bouge bien et il est patient : il est très prometteur. C’est un travailleur aussi, il n’est pas pour rien Allemand de naissance ! (NDLA : Nmecha est né fin 1998 à Hambourg, d’un père nigérian et d’une mère allemande) S’il continue de la sorte, dans 6 mois, l’Anderlechtois est le meilleur attaquant de Belgique ! "

" Pas encore comme Osihmen… "

Terreur des équipes de jeunes de City (50 buts et 8 assists en 65 matches, des U19 aux U23), Nmecha n’a pas encore, loin de là, traduit ces chiffres dans le foot adulte (3 buts en 72 matches avant son arrivée au Lotto Park). Prêté, sans succès, en Championship à Preston North End et Middlesbrough, il a aussi transité 6 mois dans son pays natal, à Wolfsburg. Comme un certain… Victor Osihmen avant lui, révélé en Pro-League après avoir ciré les banquettes de Bundesliga.  

A son arrivée, l’ex-Carolo était déjà, selon moi, un cran au-dessus de Nmecha " compare Thomas Chatelle, analyste RTBF et Proximus. " Les deux joueurs n’ont évidemment pas le même profil, mais c’est vrai que Nmecha est pétri de qualités : il a le gabarit, la vitesse, la technique et le jeu en déviation, il sait aussi éliminer en un contre un. Je dirais qu’il a déjà coché toutes les cases de l’attaquant complet… sauf qu’il lui reste à activer la principale, sur laquelle tout attaquant est jugé, à fortiori à Anderlecht : la finition ! Il ne marque encore pas assez, car il gaspille des occasions, comme cette tête à Courtrai, seul face au gardien, qu’il doit toujours mettre au fond. Mais aux yeux de Kompany, Nmecha a clairement relégué Dimata et est désormais le premier choix pour porter l’attaque mauve. Je préfère rester prudent : Nmecha doit encore confirmer… mais s’il progresse dans le geste final, il peut aller très loin. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK