Licences : Oui pour Virton, non pour Mouscron et Ostende !

Les décisions de la Commission des licences de la Fédération sont tombées. Elles ont été signifiées aujourd’hui aux clubs concernés par mail et par recommandés.

Virton obtient le précieux sésame. Il pourra donc réintégrer la division 1B la saison prochaine. C’est la fin du long bras de fer entre le président Becca et ses avocats et l’Union belge, après un détour par l’Autorité Belge de la Concurrence. A noter que les représentants du club gaumais sont passés deux fois, en virtuel, devant la Commission des Licences ces derniers jours. Virton parviendra-t-il à constituer un noyau compétitif dans les prochaines semaines ? Cela, c’est déjà une autre histoire…

De combien de clubs sera composée cette future division 1B ? Impossible de se prononcer aujourd’hui, d’autant que le Conseil supérieur de la Fédération doit encore modifier le règlement. Pour acter la non-relégation du Lierse vu qu’il n’y a pas de montant de Nationale 1 après que la saison "blanche" eût été décrétée... A tout hasard, le club de Visé, pensionnaire de l’étage inférieur, avait demandé sa licence pour la division 1B. Il ne l’a pas obtenue. Pas plus que pour la Nationale 1 d’ailleurs. Il devra donc faire appel devant la CBAS pour les deux dossiers.

CBAS pour Mouscron

Ils sont finalement deux clubs de l’élite (le KV Ostende et l'Excel Mouscron) à être recalés. C’est beaucoup moins que la saison dernière (7 clubs de Pro League, trois de D1A dont le Standard) mais les circonstances sanitaires et le contexte financier difficile ont sans doute poussé l’Auditorat des Licences à agir avec un peu plus de souplesse sans tomber dans une forme de laxisme. La plupart des clubs avaient déjà reçu des nouvelles rassurantes, il y a quelques semaines, avec l’avis favorable de Nils Van Brantegem, l’inamovible manager des licences de l’Union Belge rebaptisé depuis peu Auditeur des Licences. Lequel avait épluché tous les documents avec ses assistants avant de renvoyer les quelques dossiers délicats devant la Commission des Licences.

Tout comme l’an dernier, le feu est au rouge pour Mouscron. Plus question désormais de la traditionnelle ritournelle de la présence d’agents de joueurs au sein du club. L’Excel, et singulièrement son actionnaire principal Gérard Lopez, n’ont pu donner à la Commission, les indispensables garanties de continuité financière pour la saison prochaine. On ne sait d’ailleurs toujours pas quelles sont les réelles intentions de M.Lopez, pour rappel ancien propriétaire du LOSC,  pour le futur du club hurlu même si ce dernier a assuré les paiements les salaires des joueurs pour le mois de mars.

Même sans licence, Mouscron devra, s’il demeure 17ème du classement, disputer les barrages contre Seraing lors des deux premiers week-ends de mai. Si Mouscron remporte les barrages mais n’obtient pas sa licence devant la CBAS, le prochain championnat de division 1A se disputera à 17 équipes.

Le club hennuyer dispose désormais de trois jours pour faire appel de cette décision devant la Chambre spéciale de la CBAS, la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport. Pour la cinquième année consécutive ! Il devrait y être représenté par l’avocat bruxellois Bruno Dessart qui, dit-on, avait brillamment plaidé la cause mouscronnoise l’an dernier devant la même CBAS. Cette dernière devra rendre ses décisions pour le 10 mai au plus tard. Depuis année, on a créé une chambre spécifique de la CBAS pour la licence du football professionnel.

Les clubs devront choisir parmi une liste d’arbitres spécialisés, juristes, avocats, magistrats et experts financiers. Rappelons que chaque partie (l’Union Belge d’un part, le club en appel, d’autre part) choisissent un arbitre. Chaque arbitre désigne ensuite un président qui complète ainsi le trio du Collège arbitral. La sentence de CBAS est, selon son règlement (article 27), définitive.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK