Les sportifs se confi(n)ent : Thibault Peyre, place aux jeux de société

En cette période de confinement pour de nombreux pays d’Europe et du monde entier, nous avons demandé à différents sportifs de nous raconter leur ressenti sur la situation, mais aussi de nous expliquer leur façon de garder la forme.

Thibault Peyre, défenseur central de Malines encore en lice pour les Play-Offs 1… si la 30e journée est un jour disputée, est, comme beaucoup, confiné chez lui, en famille. Il voit le côté positif des choses.

Je suis toute la journée avec ma famille et ça, ça n’a pas de prix. Même si comme footeux, je dois bien reconnaître qu’on avait déjà pas mal de temps libre : avec un seul entraînement par jour, on avait déjà l’occasion de voir beaucoup la famille. Ce qui change maintenant, c’est que le matin, on se lève avec les enfants (NDLA : le Français a deux petites filles) et qu’on peut profiter d’eux toute la journée. Je me répète, ça n’a pas de prix. "

Comme père, l’ex-Mouscronnois et Unioniste tente d’occuper ses enfants le plus intelligemment possible.

Ce qu’on fait, c’est beaucoup de jeux de société : je n’aime pas trop que les filles se mettent devant les écrans, donc on essaie d’écarter les iPads, les ordinateurs et les téléphones portables. C’est important que les enfants jouent ensemble et interagissent, je veux absolument éviter qu’ils soient scotchés devant la télé. On avait aussi entamé l’installation d’une nouvelle cuisine : là, forcément, les travaux sont à l’arrêt. On campe donc un peu, mais c’est la première chose qu’on finira quand cette période sera passée. "

Le confinement impose évidemment une autre programmation sportive. Comme tous les autres clubs, Malines a développé le… télétravail physique.

On préfèrerait tous être sur le terrain et avoir la vie d’avant, mais on s’adapte. Il y a des choses beaucoup plus graves qui se passent pour l’instant, on accepte les temps qui courent. Un peu comme partout ailleurs, on a reçu du club un programme qu’on doit suivre au quotidien. Le préparateur physique nous contrôle à distance via diverses applications qui enregistrent nos fréquences de course, les pulsations et les distances parcourues. Mine de rien, on a un programme physique assez intensif… dans l’espérance que le championnat reprenne au plus vite. Si, bien sûr, c’est possible... "

Comme chacun, Thibault Peyre s’interroge sur la sortie de crise : à quand et comment ? Il termine donc par un conseil.

Je ne peux que conseiller aux gens ce que tout le monde dit : rester au maximum à la maison. Ce n’est pas facile, c’est vrai, on aimerait tous être dans les stades ou sur les terrains. Je ne peux que prôner la patience, il faut s’accrocher et on s’en sortira tous ensemble. "