Les Playoffs ont 10 ans: les moments forts depuis la "révolution" du championnat

Les Playoffs ont 10 ans: les moments forts depuis la "révolution" du championnat
6 images
Les Playoffs ont 10 ans: les moments forts depuis la "révolution" du championnat - © Tous droits réservés

Il y a environ dix ans, notre championnat connaissait un bouleversement majeur avec l'arrivée d'un système de Playoffs. On passe alors de 18 à 16 participants en première division... les six premières équipes disputent les PO1, les neuf suivantes les PO2 (D1 et D2 mélangées) alors que le mécanisme de PO3 a évolué au fil des ans avec pour but de désigner le(s) descendant(s). Ce système souvent décrié, parfois applaudi fête ses dix ans.

L'occasion pour nous de revenir sur les moments forts qui ont marqué notre championnat depuis le grand bouleversement de son système. Avec, assez logiquement, une majorité d'instants venant des Playoffs 1.

Les Playoffs 1 pour le "spectacle"

Détracteurs ou amateurs des Playoffs, il est difficile de déjà mesurer concrètement les conséquences qu'ils ont eus sur notre championnat. De manière purement factuelle, en neuf années, quatre clubs sont parvenus à décrocher le titre. Avec une nette domination du Sporting d'Anderlecht qui a ajouté cinq titres à un palmarès déjà très impressionnant, pour un total de 34 levées du trophée. Vient ensuite le Club de Bruges et ses deux nouveaux titres pour atteindre le chiffre déjà impressionnant de quinze. Genk et La Gantoise sont aussi parvenus à accrocher leur nom au palmarès du championnat belge. Pour la troisième fois en ce qui concerne les Limbourgeois, alors qu'il s'agissait du premier titre de Gand en 2015. 

Douze équipes différentes ont participé aux Playoffs 1: Anderlecht, le Club de Bruges, Gand, Genk, le Standard, Zulte Waregem, Courtrai, Lokeren, Charleroi, Ostende, Saint-Trond et l’Antwerp.

Sont descendus: Mouscron, Roulers, Charleroi, Eupen, Westerlo, Saint-Trond, le Beerschot, Mons, OHL, le Cercle Bruges, Lierse, Malines, Lokeren. 

Les PO1 sont évidemment ceux qui attirent le plus de monde et attisent l'intérêt, avec des affrontements entre les six meilleurs clubs du moment. Et forcément, ces rencontres ont donné lieu à quelques moments forts. 

"Finale" Genk-Standard: Courtois impérial, l'impressionante blessure de Carcela

Après une large domination du Sporting d'Anderlecht lors des premiers Playoffs, la deuxième édition est remplie de suspens. Dans une Cristal Arena sold out, Genk et le Standard s'opposent dans ce qui ressemble à une vraie finale de ce championnat. Les deux équipes sont au coude-à-coude avant la rencontre et peuvent encore remporter le titre. 

La première image du match reste dans les mémoires de tous les suiveurs de notre championnat... Chris Mavinga lève la jambe beaucoup trop haut et l'envoie dans le visage de Mehdi Carcela. Ce dernier s'effondre inconscient. La réaction des hommes sur la pelouse laisse présager du pire. Mais le joueur s'en sortira finalement avec une commotion et un traumatisme facial. Une blessure qui confirmera malgré tout son envie d'ailleurs. Avec un transfert vers Anzhi Makhachkala acté à la fin du mercato estival qui suivait.

En dehors de cette affreuse blessure, la rencontre avait tenu toutes ses promesses, dans une ambiance incroyable. Le Standard avait ouvert le score au retour des vestiaires. La frappe d'Eliaquim Mangala trompait Thibaut Courtois. Les Rouches étaient alors virtuellement champions. Mais Thibaut Courtois avait été impérial par la suite... Kennedy égalisait à un quart d'heure de la fin du match offrant le titre aux Limbourgeois. Pour un demi-point seulement. Un scénario rendu possible par le nouveau système des PO, et la division des points en deux avant la phase finale. On notera les présences de Vanden Borre, De Bruyne, Vossen ou encore Ogunjimi à Genk. Côté Standard, Bolat, Kanu, Pocognoli, Defour, Witsel y évoluaient alors. 

Une désillusion d'autant plus cruelle alors pour le Standard, qu'elle venait s'ajouter aux émotions fortes de la blessure de Carcela. Les Rouches avaient remporté la Coupe de Belgique quelques jours plus tard, en petite consolation

Avec un peu de recul, les Rouches pouvaient se réjouir de leur magnifique parcours en PO1 au terme d'une remontée impressionnante et 26 points sur 30 engrangés. Alors qu'ils s'étaient qualifiés de justesse pour les PO1, avec un petit point d'avance sur Malines, ils terminent à "égalité" de points avec Genk. Dans le même temps Anderlecht, premier de la phase classique, terminait à la troisième position. 

Après 26 années en division 1, Charleroi perd les PO3 et descend en D2

L'année victorieuse pour Genk, est aussi celle de la descente aux enfers pour Charleroi. Une valse d'entraineurs, des défaites en cascade... Le début de la guerre ouverte entre Abbas Bayat et Mogi, son neveu. Rien ne fonctionne à Charleroi pendant cette saison. Les supporters sont dégoûtés par Abbas Bayat, leur président. Des tensions à leur paroxysme au moment de la relégation en avril 2011. 

Une relégation survenue à l'issue des PO3, disputés contre Eupen, en trois manches. A Eupen, lors de la première, Charleroi mène 1-2 via Dzinic. Mais craque. La semaine qui suit, grâce à Biton et Cordaro, Charleroi s'impose. Et continue d'y croire. Mais le 16 avril, lors de la troisième manche, le scénario du premier affrontement se reproduit. Les carolos mènent puis recraquent... Incroyable. 0-2 à la pause. Ederson et Riou pètent les plombs. 4-2 au bout des 90 minutes. 

A cette époque, le système prévoyait alors que le perdant les PO3 était relégué en D2. Le vainqueur disputait lui le tour final de division 2. Eupen termine dernier et sera aussi relégué. C'est Oud-Heverlee Louvain et le club de Mons qui ont intégré la D1 cette année-là. Les Carolos se reprendront rapidement, ils seront champions en division 2 la saison suivante pour remonter aussitôt en division 1. 

Anderlecht-Zulte "finale" pour le titre, "célèbre" coup-franc dévié de Biglia

2013 a été le théâtre de Playoffs complètement fous. Avec un suspense entier jusqu'à la dernière journée. En point d'orgue, la rencontre opposant la surprenante équipe de Zulte-Waregem et le Sporting d'Anderlecht. La logique sera finalement respectée, Anderlecht en tête à l'issue de la phase classique, décroche son 32ème titre. Et une belle histoire pour la "petite équipe" de Zulte. 

Zulte-Waregem avait ouvert le score à la 55ème minute. Jens Naessens plaçait alors une tête décroisée hors de portée pour Silvio Proto (0-1). Anderlecht revenait directement au score par un but qui fera beaucoup de bruit. Lucas Biglia tirait un coup franc dévié par le mur. Sammy Bossut, surpris, ne pouvait empêcher le ballon de rentrer dans le but (1-1). 

Anderlecht se rajoutait un peu de pression en fin de rencontre avec l'exclusion de Cheikhou Kouyate pour un tacle dangereux sur Jens Naessens. Anderlecht terminait alors le match à 10. Le suspens était véritablement intenable jusqu'à la dernière minute. Mais Zulte Waregem ne profitait pas de sa supériorité numérique et ne parvenait pas à marquer le but dont il avait besoin. Anderlecht, grâce à ce nul, s'offrait le titre de champion de Belgique 2012-2013. De son côté, Zulte, assurait sa place au troisième tour qualificatif de la Champions League.

Anderlecht réalisera le doublé la saison suivante, avec une autre image forte de l'histoire de ces PO... La joie mitigée de Silvio Proto à la fin de la victoire décisive face à Lokeren: champion avec les Mauves mais blessé sérieusement dans la même rencontre. Il ne pourra donc pas être du voyage au Brésil avec les Diables

Le premier titre d'un Gand séduisant, avec le premier but de Kums

La Gantoise fait peut-être partie des clubs qui apprécient la formule de championnat actuelle... Le club gantois a en tout cas vécu les plus belles émotions de son histoire à la fin d'une campagne de PO1 puisqu'il a remporté le premier titre de son histoire en 2015.

Les Buffalos n'ont pas raté l'occasion de décrocher leur premier championnat belge face au Standard. Ils ont parfaitement su gérer la pression qui pesait sur leurs épaules en début de soirée. Les hommes de Hein Vanhaezebrouck pouvaient fièrement soulever le trophée devant leur public. Gand devenait alors le seizième club différent à remporter le championnat de Belgique. Avec une équipe très plaisante à voir jouer et la confirmation d'Hein Vanhaezebrouck comme l'un des meilleurs entraîneurs du moment. 

Après avoir battu le FC Bruges, Gand avait donc remporté le match crucial contre le Standard, 2-0 après un 20/27 acquis en PO1. Avec, tout un symbole, le premier but du maître à jouer gantois et futur soulier d'or, Sven Kums

La fête avait ensuite été totale dans les rues de Gand. Avec de magnifiques images d'un défilé de l'équipe sur les canaux Gantois, et la ferveur d'une ville entière. 

Des PO2 convaincants pour l'Union Saint Gilloise

Les Playoffs ne sont pas faits uniquement pour les clubs de D1, mais aussi pour ceux de D2 ou de D1B selon l'appellation la plus récente. Après une bonne saison en D1B, l'Union accède aux Playoffs 2 et se retrouve dans la Poule A. Avec des adversaires comme le Standard, le Lierse, Saint-Trond ou encore Waasland-Beveren. 

L'Union a remporté plusieurs matches de façon convaincante contre Waasland-Beveren, contre Saint-Trond. Mais l'équipe a aussi partagé l'enjeu contre le Standard. Le club bruxellois a dominé sa poule pendant cinq journées et fait parler de lui, offrant un petit vent de fraicheur à notre championnat. Même si les Unionistes ont fini à la cinquième place de la Poule A, avec dix points. Saint-Trond avait dominé le groupe, devant Malines, Waasland-Beveren et le Standard. 

Un 15ème titre pour Bruges avec but polémique à la suite d'une main de Vormer

La dernière édition de Pro League a couronné un club à l'issue d'une "petite" polémique. Le sacre brugeois est survenu après son partage face au Standard. Dans ce match, Ruud Vormer a touché le ballon de la main juste avant de réaliser une passe décisive en direction de Jelle Vossen, qui se chargeait alors d'égaliser, 1-1 score final. Laifis avait ouvert le score pour les Rouches. 

L'arbitre de la rencontre, Bram Van Driessche avait ensuite été au centre des débats. De toute évidence, après avoir vu les images il a décidé que la faute de main du Néerlandais n'était pas intentionnelle, même si cela changeait la trajectoire du ballon. Une décision contestée par certains. Les joueurs du Standard s'étaient eux montrés plutôt beaux joueurs, ne voulant pas entacher un quinzième titre mérité par le Club de Bruges

Cette saison, pour la dixième édition, Genk, le Club de Bruges, le Standard, La Gantoise, Anderlecht et l'Antwerp devront se départager.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK