Les débats sur les chants brugeois contre Mpoku bloqués par une question de procédure

Les débats sur les chants brugeois contre Mpoku bloqués par une question de procédure
Les débats sur les chants brugeois contre Mpoku bloqués par une question de procédure - © BRUNO FAHY - BELGA

Le Club de Bruges s'est présenté vendredi devant la haute chambre d'appel de la Commission des litiges de l'Union belge pour y répondre des cris racistes proférés par des supporters de Bruges à l'adresse de Paul-José Mpoku (Standard) lors du match de Coupe de Belgique le 8 février dernier. Le fond de l'affaire n'a pas été abordé, les débats ont buté sur une question de procédure.

La commission des litiges doit d'abord se prononcer sur la régularité de l'assignation par le parquet. Si tel n'est pas le cas, Bruges échappera à toute sanction. Dans le cas contraire, une nouvelle date devra être fixée pour traiter des incidents au fond.

La semaine dernière déjà, le Club de Bruges avait dû se présenter pour des cris racistes à l'encontre de Francis Nganga (Charleroi) lors du match de championnat le 4 février et la convocation signée par le parquet fédéral n'aurait pas mentionné le motif de l'accusation. Le parquet fédéral avait réclamé 5.000 euros d'amende et un huis clos partiel avec sursis. La haute chambre d'appel de la Commission des litiges, compétente en première instance dans ce genre de dossier, doit encore se prononcer.

Pour éviter cette fois un vice de procédure, le procureur fédéral a spécifié par courrier les raisons précises de la convocation: des chants discriminatoires (cris de singe et chants anti-wallons), jets d'objets et de fumigènes, comme figurant dans le rapport de l'arbitre.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK