Le "MPH time" a encore frappé : Avenatti délivre le Standard dans les arrêts de jeu face au Cercle

Quelle fin de match ! Sifflé par ses propres supporters, refroidi par une égalisation brugeoise en fin de match, le Standard a pu compter sur un but d'Avenatti en toute fin de match pour arracher les trois points face à la lanterne rouge du Cercle de Bruges (2-1). Mais que ce fut difficile...Mis sur du velours par Amallah à la demi-heure, les Liégeois ont péché dans le dernier geste, ne sont jamais parvenus à inscrire le but du break et ont failli boire la tasse brugeoise en fin de match, Omolo ayant égalisé à la 75e. Avenatti, pourtant conspué par les travées rouches il y a quelques semaines, s'est chargé de préserver des trois points plus que bienvenus. 2-1, le ""MPH Time" a encore frappé au terme d'un match renversant.

Au classement, le Standard reprend la 2e place en passant devant Charleroi et l'Antwerp. Les hommes de Preud'homme comptent désormais 33 points et pointent à cinq points de Bruges. Du côté brugeois, la défaite est évidemment cruelle et complique encore un petit peu plus la situation d'une lanterne rouge, engluée en fond de classement.

 

Résumé du match

Potentiellement émoussé par son déplacement à Guimaraes en semaine, le Standard met une dizaine de minutes à rentrer dans son match. Le temps pour Kylian Hazard, virevoltant côté brugeois, de tenter deux frappes infructueuses. 

Le premier vrai fait d’arme d’une rencontre qui tarde à se mettre en route, survient à la 12e. Cimirot, véritable régulateur de l’entrejeu liégeois anticipe bien et subtilise le cuir des pieds d’un visiteur. Il s’avance et déclenche une lourde frappe détournée des poings par Hubert...sur Oularé. L’attaquant liégeois tente sa chance mais son envoi flirte avec le montant. 

La suite de cette première mi-temps a quelque chose de paradoxal. Le Standard n’est pas brillant, loin s’en faut, mais domine malgré tout stérilement des Brugeois trop tendres. Et après un poteau d’Mpoku (finalement signalé hors-jeu), c’est Amallah qui va venir à la rescousse du Standard juste avant la demi-heure. Tout part des pieds d’Oularé en contre-attaque. A l’entrée du rectangle, le pivot temporise habilement avant de décaler Mpoku côté droit. Le centre du Capi’ liégeois est repris par Amallah au premier poteau. Hubert est battu, c’est 1-0 (28’).

Oularé,  présence dans le rectangle mais gâchis à la finition

Omniprésent, Obbi Oularé est assurément l’homme de ce premier acte côté liégeois. Symbole aussi d’une équipe du Standard dominatrice mais trop peu précise. A trois reprises en l’espace de quelques minutes, l’attaquant rouche se retrouve aux prises avec Hubert. Le portier brugeois sort vainqueur de deux affrontements, la tête d’Oularé filant au dessus la troisième fois. Le Standard galvaude face à un adversaire submergé. 1-0 à l’entracte.

La seconde mi-temps reprend sur les mêmes bases. Le Standard met le pied sur le ballon mais pèche à la finition. Nouvelle illustration avec ce slalom géant et déroutant de Bastien, qui élimine trois, quatre adversaires, avant de propulser une frappe...en tribunes. Et comme souvent en football, quand on ne parvient pas à inscrire le but du break, on se fait punir par l’adversaire. La tête sous l’eau pendant l’essentiel de la rencontre, le Cercle se réveille en fin de match. Sur corner, Omolo est à la retombée d’une phase confuse et reprend d’une belle bicyclette. Bodart est battu, Sclessin gronde ! Surtout que les Brugeois passent à un cheveu de passer devant, la frappe de Foster venant s’écraser sur le montant.

Les arrêts de jeu sont haletants. Le Cercle sort de sa boîte et se dévoile complètement. Mais sur la dernière action du match, les visiteurs vont être crucifiés par un Standard jusqu'au boutiste. Avenatti, pourtant sifflé par les supporters il y a quelques matches, devance la sortie d'Hubert et plante le but du K.0 à la toute dernière seconde, 2-1 !
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK