Le Standard écope de 1.000 euros d'amende pour chants discriminatoires

La commission d'appel des litiges de l'Union belge de football (URBSFA) a infligé une amende de 1.000 euros au Standard, parce que les supporters liégeois ont insulté l'arbitre lors du match à Eupen le 23 novembre.

Suite à l'annulation d'un but de Zinho Vanheusden pour une poussée préalable, certains supporters des Rouches se sont moqués de l'arbitre en criant "enc****" pendant une vingtaine de secondes. L'arbitre Dierickx et le délégué du match ont rédigé un rapport.

Le Standard n'était pas d'accord avec la demande du parquet fédéral (amende de 2.500 euros), car elle était disproportionnée. Les Rouches ont présenté un document de l'URBSFA stipulant que les cris "enculé, fils de pute" ne sont pas poursuivis.

La commission d'appel des litiges s'est référée à la tolérance zéro et à l'autorité absolue du parquet fédéral pour poursuivre les chœurs. "De plus, les cris sont certainement blessantes. Un arbitre doit pouvoir faire son travail dans le calme et la sérénité. D'autre part, c'est arrivé juste après un but annulé, ce qui signifie qu'il s'agit probablement plus d'une expression de frustration plutôt qu'une insulte. Compte tenu de toutes les circonstances, une amende de 1.000 euros semble plus appropriée", peut-on lire dans la motivation de la sanction.

Eupen a également été poursuivi pour des incidents pendant le temps supplémentaire. Des supporters des Pandas ont crié "vendu, vendu" à l'arbitre après que Samuel Bastien a marqué le but victorieux du Standard. Cependant, la commission d'appel des litiges a adopté une position clémente. Comme c'est la première fois qu'Eupen doit répondre de tels faits (le comportement des supporters locaux est qualifié d'excellent) et que c'était plus une expression de frustration qu'une insulte, les Pandas ont écopé d'une amende de 1.000 euros avec sursis.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK