Le procureur fédéral accorde à Sa Pinto une "dernière chance"

Ricardo Sa Pinto
Ricardo Sa Pinto - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La Commission des Litiges a suivi ce mardi après-midi le procureur fédéral, Marc Rubens, qui avait proposé quelques heures auparavant trois semaines de suspension, dont deux avec sursis, à l'encontre de Ricardo Sa Pinto, l'entraîneur du Standard. Le Portugais s'en était pris à l'arbitre Lawrence Visser lors du déplacement à Zulte Waregem (2-1). "C'est un sérieux avertissement et j'espère que son comportement va s'améliorer" a expliqué Rubens.

Visser ne s'est pas senti menacé par Sa Pinto mais il a signalé l'incident dans son rapport. "Il a gesticulé sauvagement et m'a traité de tous les noms. Je me suis reculé lorsque je ne pouvais plus contrôler la situation. Il est devenu plus agressif jusqu'à ce que Paul-José Mpoku et Sébastien Pocognoli ne l'écartent, a déclaré Visser devant la Commission des Litiges. Je peux comprendre qu'un entraîneur ne soit pas d'accord avec mes décisions mais, vu la manière dont il a exprimé son mécontentement, j'ai décidé de le mentionner dans mon rapport."

Sur base du rapport, le Parquet fédéral a pu poursuivre les poursuites contre le Portugais, qui se présentait déjà pour la troisième fois devant le parquet à cause de son comportement. "C'est dommage qu'un entraîneur possède un dossier disciplinaire si rempli et doive être calmé par ses joueurs. Mais son comportement s'est amélioré, a commenté Rubens. Le procureur a proposé trois semaines de suspension dont deux avec sursis. C'est un avertissement pour le futur. J'espère que son comportement va s'améliorer. C'est sa dernière chance. J'apprécie les entraîneurs avec un tempérament du sud mais cela ne doit pas se répéter."

Sa Pinto, pour sa part, était absent et donc représenté par l'avocat Grégory Ernes qui demandait "une sanction proportionnellement correcte". "C'était une fin de match chaotique et frustrante pour le Standard. Sa Pinto est resté dans sa zone technique jusqu'au coup de sifflet final et il n'a pas fait de mouvements agressifs. Après l'incident, il s'est calmé et il a tenté de calmer les autres dans le tunnel", a avancé Ernes qui a également montré des images de Michel Preud'homme, Felice Mazzu et Hein Vanhaezebrouck en comparaison.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK