Sa Pinto suspendu jusqu'au 21 décembre, soit pour trois rencontres

Ricardo Sa Pinto
Ricardo Sa Pinto - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Ricardo Sa Pinto, l'entraîneur du Standard, a été suspendu ce mardi par la Commission des Litiges pour le Football Rémunéré de l'URBSFA de ce vendredi 7 au jeudi 21 décembre. Le Standard peut encore aller en appel de cette décision.

Le Portugais sera donc privé de banc de touche à l'occasion de trois rencontres : les deux matches de Pro League à Waasland-Beveren (08/12) et face à La Gantoise (16/12), et le quart de finale de Coupe de Belgique à Ostende (12/12). Il a également écopé d'une amende de 1000 euros.

Si le Standard dépose un appel contre cette sanction, celui-ci devrait être examiné ce vendredi 8 décembre par la Commission des Litiges d'Appel pour le Football Rémunéré.

Sinon, Ricardo Sa Pinto sera de retour en bord de terrain le samedi 23 décembre lors de la rencontre qui opposera le Standard à Saint-Trond dans le cadre de la vingtième journée de Pro League.

Mercredi dernier, le Standard de Liège a éliminé le Sporting d’Anderlecht en huitième de finale de la Coupe de Belgique au Parc Astrid (0-1). Un des temps forts de cet affrontement, c’est l’exclusion de Ricardo Sa Pinto, entraîneur des Liégeois, en tribune suite à un véritable vaudeville après avoir reçu une bière près du pied.

Ce mardi, le procureur de l'Union belge avait requis une suspension de deux semaines et une amende pour son comportement avant son exclusion, ainsi qu'une suspension de quatre semaines et une amende pour son comportement agressif envers l'arbitre après son exclusion. "Nous voulons montrer l'exemple", a déclaré le parquet.

L'avocat du Standard a lui entamé sa plaidoirie dans la foulée et sa défense a, semble-t-il, été assez convaincante : Pierre Locht a considéré cette exclusion comme non recevable, car il estime que le match aurait dû être arrêté après le jet de gobelets de bière et que cet événement n'aurait donc pas dû se produire.

L'arbitre n'ayant, selon lui, pas respecté le règlement fédéral, Pierre Locht réclamait l'abandon pur et simple de la procédure.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK