Le LOSC place "ses" hommes au Canonnier : Da Cruz entraîneur ?

Clairement pressenti pour remplacer Bernd Hollerbach à la tête de l'Excel Mouscron, Fernando Da Cruz n'atterrira pas en territoire inconnu puisqu'il a déjà occupé ce poste "ad interim" à l'époque de Mouscron-Péruwelz.
Clairement pressenti pour remplacer Bernd Hollerbach à la tête de l'Excel Mouscron, Fernando Da Cruz n'atterrira pas en territoire inconnu puisqu'il a déjà occupé ce poste "ad interim" à l'époque de Mouscron-Péruwelz. - © BELGA

Nous attendons toujours l’officialisation du rachat de Mouscron par Lille, pensionnaire de Ligue 1 française dont le Stade Pierre Mauroy de Villeneuve d’Ascq n’est éloigné que d’une vingtaine de kilomètres de celui du Canonnier. De source interne mouscronnoise bien informée, tout devrait être ficelé pour le 15 juin. Mais comme il est hors de question de " bâcler " une opération à laquelle tiennent vraiment les deux parties (le LOSC pour enfin trouver le club satellite dont il rêve et l’Excel pour enfin se détacher de cette image pas nette de structure dirigée par des agents de joueurs), on continue de négocier ferme.

Alors qu’on s’attendait à voir le coach allemand Bernd Hollerbach, auteur d’un boulot apprécié malgré une longue absence due à une pneumonie et toujours sous contrat, poursuivre son aventure au pays des Hurlus, on s’oriente de plus en plus vers un remplacement du Teuton par… un Lillois. Si le LOSC devient propriétaire, alors le LOSC tient à placer " ses " hommes aux postes les plus stratégiques. Celui de T1 l’est évidemment. 

En investissant à Mouscron, l’objectif prioritaire du patron lillois Gérard Lopez (qui s’est offert ce week-end de Pentecôte une sortie médiatique remarquée en reprochant au gouvernement français d’avoir mis fin " prématurément " au championnat de Ligue 1 à cause de la pandémie de coronavirus) est de permettre aux jeunes pousses de son centre de formation de s’aguerrir au sein de la Pro League avant de, peut-être, faire le bond vers la Division 1 française (ou d’être revendues pour une grosse somme à des clubs étrangers intéressés). Et pour être certain d’avoir un entraîneur convaincu par son projet, rien de tel que de le choisir lui-même ! D’où cette probable éviction d’Hollerbarch qui devrait être remplacé par un certain Fernando Da Cruz, qui n’est pas un inconnu à l’Excel puisqu’il avait, souvenez-vous, dirigé l’équipe première pendant… onze matches suite au limogeage de Rachid Chihab en décembre 2014 (NDLR : Le club s’appelait à l’époque Mouscron-Péruwelz). C’était lors de la première vie du LOSC au Canonnier.

Da Cruz est un vrai " gars du Nord ", né à Villeneuve d’Ascq en 1972. Sa carrière de joueur, il l’a surtout accomplie dans le monde du futsal, capitaine de l’équipe de France pendant 8 ans (55 sélections) ! Depuis sa retraite sportive, ses qualités de formateur sont appréciées et reconnues. Le LOSC ne s’est pas trompé en faisant de lui son " coordinateur du recrutement ", un poste qu’il pourrait donc quitter d’ici quelques jours endosser le costume d’entraîneur principal d’une équipe de l’élite belge. Juste pour bien prendre conscience de l’ " instabilité " qui règne à Mouscron, voici la liste des prédécesseurs de Fernando Da Cruz depuis 2016 : Mircea Rednic, Frank Defays, Bernd Storck et Bernd Hollerbach… un coach différent chaque saison donc en moyenne. Difficile de travailler sur du " long terme " dans ces conditions. 

Lille ne va pas se limiter à Da Cruz. Il se chuchote qu’une grande partie du staff qui entourait Hollerbach sera évincé. Seul le coach des gardiens Eric Deleu semble assuré de rester. Le futur T2 pourrait être Jérémy Dos Santos, 33 ans seulement. A l’instar de Da Cruz, il connaît bien Mouscron pour y avoir dirigé les U21 entre 2012 et 2015. 

Enfin, quid du directeur général Paul Allaerts dont le contrat s’achève fin juin ? Longtemps annoncé sur le départ, il semble finalement que l’ex-arbitre anversois poursuivra son boulot (parfois décrié) dans la gestion quotidienne du club, aux côtés de Patrick Declercq qui, lui, devrait conserver la présidence.