Le huis clos, le cauchemar financier des clubs de la Pro League

Une récente indiscrétion de nos confrères du " Tijd " nous a appris que le Sporting d’Anderlecht avait enregistré une perte record d’exploitation de 36 millions au dernier exercice. Ce qui porte la dette du club bruxellois à près de… 100 millions. Le président Vandenhaute s’est voulu rassurant lors d‘une récente sortie médiatique : le club ne sera jamais en faillite ! Et il pourrait ajouter : tant qu’il pourra compter sur l’apport de l’actionnaire majoritaire Marc Coucke. Même si ce dernier entame, dès aujourd’hui, une délicate procédure d’arbitrage avec le géant pharmaceutique américain Perrigo relative à la vente de d’Omega Pharma par Coucke et le consortium financier dirigé par Waterland en 2015 pour un montant de 3,8 milliards. Une somme aujourd’hui contestée par Perrigo qui s’estime lésé pour une présentation erronée des finances d’Omega Pharma. Perrigo réclame la bagatelle d’1, 9 milliards d’euros…

Une indiscrétion concernant le Sporting donc, mais pas encore de publication officielle à la Banque Nationale. Cette publication ne saurait tarder. On connaîtra tous les chiffres de la société anonyme bruxelloise d’ici la fin de l’année. Pour le Sporting comme pour les autres clubs professionnels. Petite piqûre de rappel : à l’exercice précédent, Anderlecht affichait déjà une perte de 25 millions. Le Standard 8,5 millions et l’Antwerp plus de 13 millions !

Les dégâts de la première vague

On est curieux de voir les chiffres arrêtés au 30 juin 2020. Car ils seront immanquablement impactés par la première crise sanitaire et l’interruption du championnat à la mi-mars. Un manque à gagner terrible pour les clubs privés, non seulement, de la 30e journée de compétition mais aussi et surtout de play-off. Aujourd’hui que le huis clos est de retour (officiellement pour un moins minimum) tout le petit monde du football belge tremble. Déjà les premiers matchs de la saison avec public limité avaient fragilisé les recettes et donc le bulletin de santé financier des clubs. Le huis clos serait synonyme de pertes de plusieurs centaines de milliers d’euros par rencontre. On parle de 700.000 euros à Anderlecht. En champions League, Bruges risque même de perdre 1 million par match. A Charleroi, on a anticipé en budgétisant le huis clos. Mais ces deux clubs affichaient un bilan financier positif. Ce n’est pas le cas de tous les autres. A commencer par le Standard qui devra sans doute passer par la case augmentation de capital grâce à l’apport de François Fornieri, le futur homme fort du club.

Jouer… À tout prix

Finalement, la seule différence, et elle est de taille, avec le printemps dernier, c’est que la compétition continue. Cahin-caha d’ailleurs avec pas moins de trois rencontres postposées ce week-end. A terme, cela risque de devenir un véritable casse-tête pour le responsable du calendrier, Nils Van Brantegem qui devra, vaille que vaille, recaser tous ces matchs. Van Brantegem est également le manager des licences à la Fédération. A ce titre, il devra également faire preuve d’une relative mansuétude dans quelques semaines lorsque les clubs remettront leurs premiers documents. La perte de recettes " ticketing " sera prise en considération dans les critères du fair-play financier, a rappelé récemment Pierre François, le CEO de la ProLeague. Une petite entorse, obligée, à la règle d’or des licences, à savoir la garantie de la continuité financière du club, donc de l’entreprise. Mais on a quand même le sentiment que certains clubs de l’élite vont droit dans le mur et ne parlons même pas ici de la situation dramatique que vit le football amateur. Finalement, la seule et unique garantie de recettes à l’heure actuelle (alors que certains sponsors commencent à renâcler), ce sont les droits TV. " Eleven Sports " est-il ravi pour autant de la situation actuelle ? Sans public, il y a sans doute un peu plus de téléspectateurs devant leur écran. Mais le produit TV, sans ambiance dans les gradins, est forcément déprécié. Et on n’ose imaginer les conséquences d’un arrêt complet du championnat et de ses conséquences financières pour les clubs…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK