Le grand test européen du foot belge

Deux clubs belges en phase de poules de la Champions League, c’est une première depuis quinze ans, preuve que notre football se porte bien. Reste à le prouver sur le terrain.

Nos européens sont en forme, ils occupent trois des quatre premières places du championnat… sauf le Racing Genk qui traîne en milieu de classement. C’était prévisible : nouveau coach et départs majeurs, le Racing se cherche et piétine. Les recrues ont du potentiel mais sont très jeunes. Le champion en titre souffre surtout d’un manque de leaders expérimentés, capables de faire basculer un match comme le faisaient Alejandro Pozuelo, Leandro Trossard ou Ruslan Malinovskyi. Joakim Maehle, Sander Berge et Aly Samatta n’ont toujours pas digéré leur été sans transfert. Felice Mazzu vit son premier test majeur dans un grand club, et à Salzbourg son équipe négociera déjà son match-couperet face au rival le plus naturel pour la troisième place, car Liverpool et Naples sont intouchables.

Le FC Bruges, lui, n’a jamais eu un noyau aussi complet : Hans Vanaken est resté, Simon Mignolet est arrivé, les partants ont rempli les caisses et ont été remplacés par des joueurs tout de suite efficaces, pilotés par un coach Philippe Clement à qui tout réussit. Mais dominer en Belgique n’est pas dominer en Europe et avec son tirage de strass et paillettes (Real Madrid, PSG et Galatasaray), Bruges devra s’arracher pour finir troisième.

Engagés en Europa League, le Standard de Liège et La Gantoise ont eu la même approche : confirmer en deuxième saison un entraîneur doté des renforts souhaités, des transferts réalisés assez tôt pour performer dès les premiers rendez-vous. Sauf qu’au tirage, le Standard a eu moins de chance que Gand : Arsenal, Francfort et Guimaraes, c’est bien plus costaud que Wolfsburg, Saint-Etienne et Olexandria.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK