Le dossier des paris eupenois se dégonfle

Le dossier des paris eupénois se dégonfle
Le dossier des paris eupénois se dégonfle - © JOHN THYS - BELGA

Dans le nord du pays, d’aucuns digèrent très difficilement la culbute du club malinois en division 1B mais surtout, le maintien de l’A.S.Eupen au sein de l’élite. Et c’est un euphémisme.

Disons le tout de go : le 4-0 des "Frontaliers" face à Mouscron avec quatre buts dans les vingt dernières minutes a suscité tout à la fois rumeurs, suspicions et fantasmes en tous sens.

Club artificiel et international, financé par les Qataris de l’Académie "Aspire", dirigé par un directeur général allemand et un directeur sportif espagnol, coaché par un Français, le club germanophone dérange pas mal de monde vu son statut particulier. Parfois à raison. Mais aussi à tort. On lui reproche par exemple une assistance famélique au stade du "Kehrweg" tout en oubliant de préciser qu’avec ses 19.461 habitants au dernier recensement, Eupen est, de très loin, la plus petite ville représentée en première division.

L’affaire dite des "paris", sortie ce matin dans un quotidien néerlandophone, illustre à merveille le climat délétère qui règne depuis dimanche après-midi. Et les verdicts de la dernière journée en phase classique.

Or, qu’en est-il exactement ? Le parquet d’Eupen a, certes, été averti que certains joueurs du club local pariaient en se rendant, peu discrètement, dans des agences de paris. Après une enquête préliminaire, le Procureur du Roi a décidé d’ouvrir un dossier. Qui pourrait bien finalement s’apparenter à un véritable pétard mouillé...

Selon nos informations, deux joueurs français du vestiaire eupenois ont bien été parier en ville mais sur des matchs français de football ou de rugby ! Ce qui n’est évidemment pas interdit ni dans leur contrat de joueurs professionnels, ni par la justice. L’enquête devra bien évidemment déterminer si les faits sont plus graves que cela (paris sur leur propre club ou sur la compétition belge avec de lourdes amendes potentielles à la clef) mais, apparemment, cela ne semble pas être le cas.

De toutes manières, les paris en question ont été effectués bien avant la période sensible de la fin de phase classique.

Enfin, et c’est très important, "Federbet", l’organisme international en charge du contrôle des flux financiers autour des paris pour les matchs de football, n’a remarqué aucun mouvement anormal autour des deux dernières rencontres de Malines ou d’Eupen.

A Malines, qui sait, on fourbit peut-être d’autres armes pour attaquer tous azimuts et tenter l’impossible afin de se maintenir en première division.

Pour mémoire, l’attribution des licences - ce sera à la fin de ce mois - est souvent propice à des attaques entre les clubs.

A suivre donc...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK