La Tribune, Vincent Langendries : "Est-ce que c’est la fin de Karim Belhocine à Charleroi ? Ce n’est pas impossible"

Dans le traditionnel Facebook Live en préface de La Tribune, Vincent Langendries a répondu à vos questions. Le Standard, Anderlecht, les Diables nous avons abordé de très nombreux sujets. Notre journaliste sportif est également revenu sur la situation du Sporting de Charleroi et de son coach, Karim Belhocine.


►►► À lire aussi : La Tribune : Stephan Streker, "Quand je pense à Steven Defour, je pense au titre du Standard en 2008"


Après les débuts tonitruants de Charleroi en Pro League, la situation du club s’est fortement compliquée. Le coach carolo est-il encore l’homme dont l’équipe a besoin, est-il capable de redresser la barre ? "N’est-il pas déjà trop tard pour redresser la barre ? Non, il n’est jamais trop tard, il leur reste trois matches. Ils ont leur sort entre les mains ou plutôt dans les pieds. Bon, il y a eu l’épisode Covid qui a frappé très durement le Sporting. Presque tous les joueurs ont été touchés même si heureusement c’est arrivé en partie durant la trêve internationale. Est-ce que c’est le Coronavirus, ou une forme de lassitude dans l’équipe ? Je ne sais pas trop mais dimanche je n’ai pas senti les Carolos très impliqués dans le match contre Mouscron. Je les ai sentis mous, il n’y avait pas de tempo dans ce match."

Je ne doute pas du tout de l’implication de Belhocine dans le travail collectif

C’est ce qui choque beaucoup les supporters, le manque de hargne habituellement caractéristique de ce club : "Est-ce que Karim Belhocine y est pour quelque chose ? Oui. Le coach est responsable de ce qu’il se passe sur le terrain. Même si on a coutume de dire que ce sont les joueurs qui jouent alors que l’entraîneur est sur son petit banc et subit ce qu’il se passe sur la pelouse. Mais je pense qu’il faudra se poser les bonnes questions du côté du Sporting à l’issue de la saison qui pourrait déjà être terminée dans quinze jours même si je ne leur souhaite pas du tout. Karim Belhocine qui a été vraiment magnifique dans son travail, et dont je ne doute pas un instant de l’implication dans le travail collectif au jour le jour. Mais est-ce que c’est la fin de Karim Belhocine à Charleroi ? Ce n’est pas impossible. Il faudra tirer le bilan. Les dirigeants du Sporting Charleroi le feront très certainement très vite, à l’issue de cette saison. Est-ce qu’un vent nouveau doit souffler sur le club ? Ce n’est pas dans les habitudes de la maison, de se séparer aussi vite d’un entraîneur, mais la dégringolade a été telle, et puis il y a eu un manque de réaction aussi. Quand le bilan n’est pas là, l’entraîneur souvent en est le responsable."

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK