La Tribune : Sambi Lokonga, "À Anderlecht, je suis un peu comme un ancien malgré mon jeune âge"

Sambi Lokonga a été l’un des hommes décisifs du Sporting d’Anderlecht dans l’importantissime Topper face à Bruges (2-1). Il était l’invité par Skype de La Tribune ce lundi soir et a répondu à toutes les questions de Benjamin Deceuninck et son équipe. Le match contre Bruges, la course aux PO1, son rôle de leader et un quiz sur lui et son frère Paul-José Mpoku, tout y est passé !

Petit débrief du match pour commencer : "On voulait essayer de presser. On les a laissés venir. Notre plan n’est jamais de laisser l’autre équipe jouer. On a fait face à une bonne équipe de Bruges ; on a mis du temps à rentrer dans le match, on leur a montré trop de respect. On a commencé à réaliser après quinze minutes que ce match était à notre portée."

Il semblerait que Vincent Kompany commence à trouver la formule dans son effectif : "Ça fait plusieurs fois qu’on joue avec la même équipe, ça apporte de la stabilité. Tactiquement, on a changé de système et ça nous fait du bien, il y a plus de liberté pour chaque joueur et on le ressent."

Avec toujours une confiance énorme du coach pour les jeunes, dont Sambi : "Plus je joue, plus je me sens fort, c’est la même chose pour tous les jeunes joueurs. On doit grandir à tous les matches, parce qu’on joue dans le plus grand club de Belgique."

C’est un match piège, on sort de deux bonnes victoires contre des grosses équipes. Les grosses équipes nous réussissent bien mais là-bas sur le synthétique, il faudra y aller à 100%. Après chaque match on essaie de profiter, tout en pensant au match suivant.

Benjamin Deceuninck demande ensuite à Sambi de se prêter à un petit jeu. Deux réponses possibles, "Sambi" ou "Polo" soit lui ou son frère. Un quiz à retrouver en intégralité sur la page Facebook RTBF Sport, ou ci-dessous.

Au tour de Stephan Streker d’interroger Sambi : êtes-vous un des leaders du groupe et si oui, est-ce concerté avec le coach ? "Je m’estime leader, oui. Je pense que le coach m’a donné une grande responsabilité. Je suis un peu comme un ancien malgré mon jeune âge. Je suis à Anderlecht depuis longtemps, je connais le club par coeur. Tous les formateurs, le staff donc oui je pense que je suis quand même un leader. Que ça soit avec les jeunes que j’ai côtoyés ou les nouveaux à qui je dois parfois expliquer l’importance de certains matches."

 

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK