La Tribune livre ses notes : grande dis' brugeoise, satisfaction du côté du Standard, insuffisant pour Anderlecht

La Tribune livre ses notes de mi-saison : grande dis' pour Bruges, satisfaction du côté du Standard, insuffisant pour Anderlecht
5 images
La Tribune livre ses notes de mi-saison : grande dis' pour Bruges, satisfaction du côté du Standard, insuffisant pour Anderlecht - © Tous droits réservés

La fin de l’année approche à grands pas. Pour sa dernière émission de l’année, la Tribune a décidé de délivrer ses notes aux clubs de Pro League. Qui obtiendra la grande distinction ? Qui aura droit à un avertissement ?

Grande distinction pour Bruges, solide leader

Largement en tête avec la meilleure attaque et la meilleure défense, Bruges ne s’attire quasiment que des louanges sur notre plateau. Les Blauw & Zwart méritent donc la grande distinction pour leur première partie de saison.

Stephan Streker : "L’esprit de l’équipe est extraordinaire. C’est vraiment une équipe consciente de ses qualités et qui joue en fonction de celles-ci. C’est un club avec une vraie philosophie. C’est une équipe qui est agréable à regarder en toutes circonstances."

Même avis pour Philippe Albert, qui mentionne une quasi-perfection : " Bruges fait un excellent travail, difficile de faire mieux."

Rodrigo Beenkens : "C’est la seule équipe belge engagée sur les trois fronts. Une équipe qui a suscité la fierté de notre pays en Ligue des Champions. A part Liverpool, aucune équipe ne domine son championnat national comme Bruges."

Au final, Marc Degryse est le seul à pointer une (petite) lacune : "Le professeur Philippe Clément a fait un excellent travail mais les attaquants doivent encore faire mieux."

Le cas Mbaye Diagne en est la parfaite illustration.

Mention pour Gand, l’Antwerp et Zulte, bien accrochés au wagon play-offs 1

Auteur d’un 26/30 à domicile, invaincu en Europa League, Gand réalise un début de saison convaincant aussi. Selon les chroniqueurs, les Buffalos méritent donc une belle mention. "La Gantoise a très bien transféré. Depoître, Kums, Owusu, Ngadeu, c’est tout une colonne vertébrale qui est arrivée avec seulement sept millions de dépensés. Niveau gestion c’est pas mal " lance Rodrigo Beenkens directement.

"J’aime bien leur jeu, ils jouent de manière très technique. Leur plus gros problème, c’est en déplacement avec ces quatre défaites. 10/30, ce n’est pas assez pour challenger Bruges" tempère Marc Degryse. "Ce qu’a réalisé Thorup depuis le début de la saison, c’est incroyable. Gand, c’est l’une des bonnes surprises de la saison" conclut Philippe Albert.

Autre équipe qui carbure à plein régime depuis quelques semaines : l’Antwerp. Très forts à domicile (25/27), revenus du diable vauvert hier contre Saint-Trond, les Anversois sont bien accrochés à leur deuxième place. "Laszlo Boloni fait un très bon travail. Il y a beaucoup de personnalités dans ce vestiaire, le risque d’avoir des problèmes internes est grand. Dommage pour l’élimination contre l’AZ…." déplore Marc Degryse.

Même avis pour Stephan Streker : "L’Antwerp c’est la nouvelle force. On n’en parle pas beaucoup mais ils ont une largeur d’effectif. Ils ont de l’argent, un nouveau stade, un public. Je pense que c’est une force qui peut s’installer."

"Ce sera un gros client au niveau du titre pour les prochaines saisons" conclut Albert.

Troisième équipe qui bénéficie d’une mention selon nos consultants : Zulte-Waregem. Alors qu’il avait très mal commencé son championnat et que même l’inoxydable Franky Dury semblait remis en question sur son petit banc, le Essevee a (largement) redressé la barre depuis. Le club flandrien est maintenant confortablement installé dans le Top 6. Ce serait la 6e qualification pour Zulte en 11 ans de play-offs.

Satisfaction (à des degrés différents) pour les équipes wallonnes

Le début a été plus disputé en ce qui concerne les équipes wallonnes. Dans quelle case fallait-il ranger leurs débuts de saison respectifs ? Au final, il a été choisi de toutes leur accorder une satisfaction. Une satisfaction, auquel on ajoute un léger plus dans le cas de Charleroi, deuxième meilleure défense du championnat, deuxième meilleure équipe à l’extérieur mais moins bonne attaque du top 6."

Sur le plateau, les consultants semblaient tous surpris par cette "simple" satisfaction accordée aux Carolos. "Ils peuvent être deuxièmes s’ils gagnent contre Bruges. On ne s’attendait pas à ça après six ans de Mazzu. Et tout ça avec le départ de Osimhen. Sur les dix derniers matches, c’est la meilleure équipe. Je leur donnerais une distinction" avance Marc Degryse.

Même avis pour Stephan Streker : "Il y a toujours des injustices à l’école et ça c’est une injustice. Je suis fort surpris de cette satisfaction. Ce qu’ils proposent, c’est exceptionnel."

Même topo du côté de Rodrigo Beenkens : " Si on regarde la valeur marchande et la masse salariale, Charleroi ne mérite pas la distinction mais la grande distinction. On notera tout de même que sur les dix derniers matches, Charleroi n’a rencontré que 1 équipe du top 8. "

Alors, Charleroi méritait-il une distinction pour son début de saison ?

Des Rouches en dents de scie

Autre équipe à qui l’équipe éditoriale de la RTBF a décidé d’accorder une satisfaction : un Standard bien irrégulier, capable du meilleur… comme du pire ces dernières semaines.

"Ce que je regrette avec les Liégeois, c’est qu’ils n’apprennent pas de leurs défaites, parce que c’est comme s’ils les niaient. A chaque fois, c’est à cause des blessés, à cause des terrains, à cause de l’arbitre, à cause des matches tous les trois jours. Tout cela peut être vrai, mais on apprend plus de ses échecs. Encore faut-il les reconnaître. Comme s’ils avaient peur qu’on pointe leurs échecs du doigt" débute Streker.

"Le Standard a quelque chose dans le ventre mais les derniers matches ont fait très mal. L’élimination en Europa League, contre l’Antwerp en coupe, cette défaite contre Waasland. C’est dommage, mais il y a un manque de régularité, sans quoi la note aurait été meilleure." renchérit Albert.

Au final, le seul à prendre quelque peu la défense de Liégeois erratiques, c’est Marc Degryse. Selon notre consultant, le noyau a souffert des nombreuses absences : "L’excuse des blessés est quand même correcte. En Europa League, s’ils se qualifient, leur parcours est spectaculaire. Espérons pour eux qu’ils soient plus fit en seconde partie de saison."

Autres équipes qui méritent, selon notre équipe, une satisfaction : Mouscron, parfaitement installé dans le ventre mou de Pro League malgré les nombreux changements de l’été dernier et Eupen qui surnage alors qu’on lui promettait la relégation.

Note insuffisante pour les deux mauvais élèves, Anderlecht et Genk

Deux grosses écuries, Anderlecht et Genk, pâtissent de leur début de saison en demi-teinte. Ils obtiennent donc une note insuffisante.

Philippe Albert est le premier à s’exprimer : "C’est insuffisant malgré le match d’hier où l’on a vu une vraie équipe avec une mentalité exemplaire sur le terrain et un football positif mais ce n’est arrivé qu’hier."

Marc Degryse pointe lui l’absence de résultats du doigt, malgré une volonté de beau jeu clairement affichée : "Ils doivent penser un peu plus aux résultats. On parle depuis cinq mois de la philosophie. C’est bien la philosophie, les jeunes, etc, mais les résultats doivent être meilleurs. Dans certains matches, il faut parfois oublier la philosophie. Je suis convaincu qu’il y a assez de qualité pour finir dans les playoffs 1."

Reste désormais à voir si la victoire de dimanche face à Genk sera synonyme d’embellie prolongée ou un simple feu de paille dans une saison morose et sans playoffs 1.

Pour Genk, la situation est encore plus alarmante selon nos consultants. Décevants hier, comme depuis le début de saison, ils inquiètent. "Hier, ça faisait mal aux yeux. Ils doivent un peu tout repenser car ça ne va pas du tout."

Pourtant, les Limbourgeois ont pris le taureau par les cornes il y a quelques semaines en évinçant Felice Mazzu au profit de l’Allemand Hannes Wolf. Un changement qui ne convainc pas forcément Rodrigo Beenkens : "Est-ce meilleur maintenant par rapport à Mazzu ?" s’interroge-t-il.

Phillippe Albert vient lui au secours des techniciens en bord de touche et a le mot de la fin dans ce débat : "C’est souvent l’entraîneur qui paye les pots cassés. Et on savait que ça arriverait avec tous les transferts sortants. "

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK