La saison a repris avec une grosse envie au Sporting de Charleroi

"La saison a repris !" : les mots d’introduction et le sourire de Pierre-Yves Heindrickx, le directeur administratif du Sporting de Charleroi, ont remis tout le monde dans le bain. Pour la première conférence de presse du club carolo depuis 3 mois, c’est un Karim Belhocine souriant et heureux d’avoir retrouvé le terrain qui a répondu aux questions sur son groupe après cette période inédite d’inactivité forcée.

Après avoir passés leurs différents tests ces derniers jours 20 joueurs (dont 4 gardiens) étaient présents sur le terrain d’entraînement de Marcinelle ce mercredi matin. D’autres (comme l’Angolais Nurio) rentrés récemment en Belgique doivent encore passer leur test Covid, ou observer une quarantaine (les joueurs iraniens Gholizadeh et Delfi), sans oublier les blessés en rééducation (Bruno, Diandy, Ilaimaharitra) et ceux qui doivent encore patienter pour pouvoir regagner le sol belge (Fall, Diagne, actuellement toujours au Sénégal).

"Tout le monde était très content de se revoir après 3 mois, de pouvoir ressentir l’herbe" précise d’emblée le coach carolo. "Il a presque fallu freiner les joueurs, il y a une grosse envie on le sent, une vraie faim de football. Ils ont touché un peu le ballon, ils ont couru, ça fait du bien à tout le monde." Mais comme tous les sportifs, les footballeurs (et les staffs) devront être attentifs aux signaux de leur corps ces prochaines semaines, après la longue période d’inactivité comblée uniquement par des exercices individuels chacun chez soi. "On doit travailler de manière progressive, c’est vrai", concède Belhocine. "Ne pas brûler les étapes, c’est important. Mais j’ai été agréablement surpris par le niveau physique. Ils ont l’air prêts, il n’y a pas eu de grosse surprise dans les tests déjà effectués. Ils ont fait ce qu’il fallait pour être prêts maintenant, et nous on fera ce qu’il faut pour être prêts pour la reprise des compétitions."

La saison de la flexibilité…

Karim Belhocine se fait d’ailleurs philosophe quand il aborde cette reprise, le futur proche et les incertitudes qui planent encore sur la compétition (la possibilité, réelle, de finalement disputer la 30e journée de championnat par exemple) : "On se concentre pour l’instant sur ce qu’on sait : la reprise le 7 août. Si ça bouge, on fera en sorte d’être prêt aussi pour une autre date. On aura une grosse capacité d’adaptation, il faut être flexible. Et de toute façon c’est pareil pour tous les clubs. On devrait peut-être même se parler pour savoir quelles sont les meilleures solutions pour les joueurs et la santé des joueurs", sourit le coach carolo. Un homme de terrain, qui a suivi les discussions et décisions autour du football belge ces dernières semaines sans trop se formaliser, quand certains utilisaient notamment le mot "cirque" pour qualifier l’actualité du foot belge : "J’ai observé tout ce qu’il se passait mais je n’ai pas voulu faire trop de commentaires. Tout le monde veut être contenté, chacun tire la couverture à lui. Mais au bout du compte, il faut trouver des consensus, il y a de gros intérêts économiques. Je pense que ceux qui prennent les décisions les prennent en âme et conscience. Il y aura toujours des mécontents et d’autres plus contents mais il faut un consensus. Et nous, sur le terrain, on doit simplement s''adapter et faire le mieux possible avec ce qui a été décidé." Et s’il faut jouer la 30e journée ? (Charleroi pourrait perdre sa troisième place ou... améliorer son classement !) "On devra suivre la décision. On fera en sorte d’être prêt pour le premier match, qu’il soit le 27 juillet ou le 7 août… Mais ce serait mieux d’être vite fixé, pour pouvoir adapter la préparation."

… et de la continuité

L’objectif principal des Zèbres de Karim Belhocine est simple, le coach ne prend pas de risque : "On veut gagner le plus de matches possible. L’an dernier, on a posé quelques pierres, quelques bases. On a appris à se connaître et à faire le mieux possible. On veut continuer de la sorte, essayer de progresser tout ensemble et si on le peut, monter encore le niveau d’exigence pour que chacun se développe et que le groupe aille au bout de ce qu’il peut faire."

Et l’entraîneur carolo de terminer sa conférence de presse en évoquant deux pièces importantes de son échiquier zébré : Nurio, à qui Gand semble s’intéresser, et Penneteau, le gardien dont la prolongation de contrat est imminente. "Je sais que Nurio est heureux ici. Et il est capital pour nous d’un point de vue footballistique et d’un point de vue humain. On verra bien, on s’adaptera. Quant à Nicolas Penneteau, c’est une priorité de pouvoir continuer avec lui, il est très important dans le groupe et il a même pris une autre dimension encore la saison dernière. J’espère qu’il restera joueur le plus longtemps possible, parce qu’après je pense qu’il sera entraîneur… et pas seulement entraîneur des gardiens, il pourrait bien prendre ma place", termine le coach carolo dans un large sourire.

Oui, la saison est lancée. En attendant les matches, une certaine bonne humeur et un vrai plaisir semblent et déjà de retour.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK