La Pro League dans les clubs pour sensibiliser aux dangers des paris

Image prétexte
2 images
Image prétexte - © ROSLAN RAHMAN - AFP

La Pro League de Football, en collaboration avec la Commission des jeux de hasard, lance une campagne de sensibilisation sur les dangers de l’addiction aux jeux et aux paris. Dernièrement, plusieurs joueurs ont été impliqués dans des scandales liés aux paris sportifs. La volonté de la Pro League est donc d’informer et de rappeler les règles aux joueurs professionnels en Belgique. Histoire d’éviter les risques de dépendance aux jeux et de manipulation de matches.

Tous les clubs de D1A et D1B vont recevoir la visite de Scott Davies. C’est un ex-footballeur anglais, accro aux jeux mais guéri aujourd’hui. Ce jeudi matin, il a partagé son témoignage avec les joueurs du Sporting de Charleroi. « Je pariais tous les jours. Je pouvais placer des paris sur des courses de chevaux, des courses de chiens, je jouais à la roulette et oui, je misais aussi régulièrement sur mes propres matches de football. Je n’en suis pas fier… Mais quand vous êtes accro vous oubliez toutes les règles. Cette dépendance a affecté ma santé mentale. J’ai souffert de dépression et même pensé au suicide. J’ai perdu ma carrière de footballeur que j’aimais tant. Je ne savais pas quoi faire et finalement, je suis allé en cure. J’étais coupé de tout pendant 26 jours. Et j’ai réussi à sortir de tout ça grâce à la discussion. Pouvoir en parler avec quelqu’un m’a sauvé, ça a fonctionné et depuis je ne parie plus. Maintenant, je parcours les clubs anglais et européens pour parler de mon passé et mon expérience. Parce que l’addiction peut très mal finir… en dépression voire en suicide », témoigne Scott Davis. Au total, il a perdu près de 300.000€ dans son addiction.

Rémy Riou, le gardien français de Charleroi, a déjà fréquenté quelques vestiaires dans sa carrière. Et il a croisé des coéquipiers parieurs. « C’est bien d’avoir cette formation, ça permet d’avoir tous les outils et les informations en mains pour se rendre compte des réels méfaits et des réelles sanctions qui peuvent tomber. Oui, c’est vrai qu’il y a des parieurs, des joueurs qui jouent, mais pas spécialement sur le foot. Après c’est comme pour tout, il faut savoir être mesuré dans ce que l’on fait. On peut aller au casino de temps en temps pour jouer entre copains et prendre un peu de plaisir, si c’est notre plaisir. J’ai croisé quelques joueurs en proie à ce genre de problème durant ma carrière, surtout par rapport au casino. Tu rentres dans un cercle vicieux, tu commences à emprunter alors que tu gagnes bien ta vie. On sait qu’une carrière est très courte, donc il faut faire attention avec cet argent », confie Rémy Riou.

La Pro League sensibilise à l’addiction aux jeux alors qu’elle est elle-même sponsorisée par Unibet, une société de paris sportifs. N’y a-t-il pas un malaise ? Pour Stijn Van Bever, porte-parole de la Pro League, il n’y a pas d’ambiguïté. « Nous, on ne lutte pas contre les paris. On veut travailler sur les paris disons 'non contrôlés', les excès qui peuvent faire partie du comportement d’un parieur. On a eu des affaires, donc on pense qu’il est bon de rappeler les règles aux joueurs », explique Stijn Van Bever.

Après le Sporting de Charleroi, cette campagne de sensibilisation va également visiter les autres clubs de l’élite.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK