La lutte pour le titre a pris un tour décisif ce week-end pascal

Oui car avec ses 6 points d’avance (en fait 5 pts et demi car la division des points par deux est favorable à  Bruges) Genk doit, pour être champion, prendre 10 points sur les 15 qui restent en jeu. Philippe Clement a bien géré le départ de Pozuelo et la presque suspension de son autre cerveau Malinovsky, alors que certains prédisaient l’écroulement de son équipe. Genk fournit le meilleur jeu et a les meilleures statistiques, il devra certes se déplacer 3 fois sur les 5 derniers matches, mais 2 de ses adversaires seront démob : Anderlecht prépare déjà la saison prochaine et Gand (qui accueille Genk samedi) sera déjà en mode finale de la Coupe.

Bruges, encore donné favori il y a 8 jours, vient de montrer ses limites, à Genk et à Anvers : 1 pt sur 6 et des cadors qui ne prestent pas, Vormer et Vanaken improductifs. Dans la communication aussi les Brugeois semblent résignés, ils ne contestent que timidement les erreurs d’arbitrage qui leur coûtent pourtant 5 pts, le silence des dirigeants sur l’avenir du coach Leko a manifestement brisé un ressort.

Notez la date du 12 mai, 8e journée, le sommet Bruges-Genk… sauf qu’il n’est même pas sûr que ce match sera encore décisif pour le titre.

L’autre débat concerne la 3e place, qui offre le dernier ticket européen direct : La lutte sera âpre entre le Standard et l’Antwerp

Le Standard battu par Genk vendredi a enterré ses illusions de titre. Mais il va récupérer les 3 points du Classico stoppé par les fumigènes et il garde la main sur l’Antwerp. Mais comme pour Bruges, ses barons déçoivent : Carcela et Mpoku sont transparents, Preud’homme manque d’un buteur devant et a du mal à greffer tactiquement une équipe trop inconstante. Et gare, le Standard finira contre Bruges et Genk, mais le titre sera déjà peut-être attribué à ce moment…

En face, cette équipe de l’Antwerp, vraie révélation des PO avec son commando de vétérans réunis par Bölöni. Un football de combat, d’organisation et de contre qui paie : Anvers joue sans pression et vient de battre 3 cadors alors que du top 6, il n’avait en phase régulière battu que le seul Standard. Vendredi au Bosuil le clash Antwerp-Standard aura grande valeur psychologique, Bölöni se réjouit de mater son meilleur ennemi Preud’homme.

Enfin, largués à 8 et 9 pts de la 4e place, Anderlecht (surtout) et Gand récoltent le bonnet d’âne. On attend d’eux qu’ils jouent au moins jusqu’au bout leur rôle d’arbitre.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK