La Conference League, dernière née des Coupes d’Europe et dernier objectif du Standard

Battu en finale de la Coupe de Belgique, le Standard a vu un trophée et un ticket européen lui filer sous le nez. Déjà absents des champions play-offs, les Liégeois doivent se remobiliser rapidement pour sauver ce qui peut encore l’être et tenter de décrocher un sésame pour la Conference League, dernière née des Coupes d’Europe.

Le chemin sera semé d’embûches pour les Rouches. Sixièmes de la phase, ils entament les "Europe play-offs" avec deux unités de retard sur Ostende (27 points) et (presque) sur la même ligne (25 points) que La Gantoise (qui a bénéficié de l’arrondi à la division des points).

Les joueurs de Mbaye Leye pourraient rapidement être fixés sur leurs ambitions dans cette fin de saison. Dans ce mini-tournoi à quatre, ils se déplacent à Ostende avant de recevoir Gand. Faux départ interdit.

Pour entretenir le rêve européen il faudra sortir vainqueur de ces "Europe Play-offs".

Une Coupe des "petits" ?

Depuis 1999 et la disparition de la Coupe des vainqueurs de Coupes, il n’y avait plus que deux compétitions européennes. Une vingtaine d’années plus tard, l’UEFA a décidé de revenir en arrière avec la mise sur pied de la Conference League. Les matches se joueront le jeudi, comme en Europa League.

L’objectif annoncé par les éminences de Nyon est de donner la possibilité aux clubs des plus petites nations de disputer des matches de Coupe d’Europe (et d’en disputer plus). Surtout de pouvoir remporter un trophée européen. Ça, c’est pour le côté pile.

Le côté face, c’est une redistribution des places entre les différentes compétitions. Et la Belgique, 9e au classement UEFA, n’en sort pas vraiment gagnante. Si le champion ira toujours en League des Champions (du moins pour le moment) et que son dauphin disputera encore le 3e tour préliminaire de la C1, après cela se complique. Genk vainqueur de la Coupe devra passer par un tour de qualification pour rejoindre l’Europa League. En cas de défaite, il sera reversé en Conference League.

Les deux derniers passeports européens restants donneront uniquement accès aux tours préliminaires de la Conference League.

Mais pourquoi cette "dévaluation" ? C’est une simple question d’arithmétique. Avec l’arrivée de cette 3e coupe d’Europe, le nombre de participants à l’Europa League sera réduit de 48 à 32 clubs.

Si les affiches devraient être moins alléchantes, les meilleures nations du continent auront également des représentants dans cette compétition. Le 6e ticket espagnol, anglais, allemand et italien y donnent par exemple accès.

Cinq équipes éliminées dans la voie des champions de la C1 seront présentes au tirage au sort, comme les dix battus des PO de l’Europa League et les 17 formations qui se seront extirpées des qualifications de la Conference League.

Le format

Le format de la Conference League est le suivant : 32 équipes (22 issues des tours préliminaires et 10 repêchées de l’Europa League) vont disputer la phase de poules (8 groupes)

Le 1er est qualifié pour les 1/8 de finales, le 2e dispute un barrage contre le 3e classé de la phase de groupes de l’Europa League. On retrouve ensuite un déroulé classique, quarts, demies, finale. Cerise sur le gâteau pour le vainqueur, en plus du trophée, il reçoit un ticket pour l’Europa League.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK