L'équipe féminine d'Anderlecht menacée ? La direction et les joueuses calment le jeu

L'équipe féminine d'Anderlecht a remporté son premier titre de championne de Belgique en 20 ans le premier mai dernier. Moins de dix jours plus tard, l'ambiance n'est plus à la fête. Ce mercredi, Aline Zeler a expliqué à Sporza que le club avait communiqué aux joueuses dans la soirée de mardi son intention de ne pas renouveler leurs contrats. Dans la foulée, le club et le Président Marc Coucke ont tempéré ces propos avant que Zeler ne fasse de même pour éteindre le feu.

Si tout va bien sur le terrain pour les Mauves, en coulisses les choses sont beaucoup plus compliquées notamment en raison de soucis financiers. La direction aurait décidé de réduire le budget. Selon nos informations, la direction a signifié aux joueuses que leurs contrats ne seraient pas renouvelés et qu'elles pouvaient se chercher un autre club. Les différentes équipes féminines pourraient donc carrément disparaître.

"Ils nous ont annoncé la nouvelle mardi soir, raconte Aline Zeler à Sporza. Cela a été une vraie surprise pour les joueuses et le staff. Nous avons été particulièrement choquées. C'est évidemment une question de budget. L'équipe féminine coûte de l'argent, mais je pense qu'il y a assez de sponsors dans un grand club comme Anderlecht. Nous avons eu l'occasion de parler avec Marc Coucke mais cela n'a pas été très constructif".

"C'est totalement irrespectueux pour nous et pour le football féminin en général, reprend la joueuse des Red Flames. Nous avons travaillé dur pour décrocher ce titre. Nous n'avons plus rien. Nous ne pourrons pas jouer la Ligue des Champions. Ils jouent avec nos pieds. Je suis vraiment en colère".

Toutefois, dans la soirée de mercredi, la joueuse est revenue sur ses premières déclarations.

"Nous avons été mal informées par un collaborateur du Sporting, a-t-elle rectifié sur Twitter. Ceci a causé des remous "inutiles". Cela n'empêche que ma position pour défendre le foot féminin est la même et il doit être respecté ! Croyez en nous !"

"En fin de compte, cette journée mouvementée se termine positivement pour le football féminin ! Comme promis, le RSCA fait tout pour continuer ce beau projet" a embrayé Coucke qui avait réagi à deux reprises plus tôt dans la journée.

"Le club n'a pas pris la moindre décision"

La direction d'Anderlecht a réagi via les réseaux sociaux pour calmer le jeu. "Le club n'a pas encore pris la moindre décision concernant la poursuite des activités de l'équipe des Dames du RSCA. Si nécessaire, le club communiquera en temps voulu", a tweeté le Sporting. 

"How, how, rien n'a été décidé concernant l'équipe féminine du RSCA pour l'année prochaine", a confirmé Marc Coucke. "Les dernières saisons, la gestion n'a pas été parfaite et la direction du RSCA travaille dur pour trouver des solutions".

Marc Coucke avait été l'un des premiers à saluer la performance de son équipe le jour du titre. 

"Nous voudrions même nous engager encore plus"

Plusieurs joueuses anderlechtoises, en particulier Aline Zeler, Laura Deloose, Tine De Caigny, Laura De Neve, Heleen Jaques, Lenie Onzia, Elke Van Gorp, Charlotte Tison, Justine Vanhaevermaet et Sarah Wijnants, sont ou ont été internationales.

La "bombe" semble avoir été désamorcée. Sporza a recueilli la réaction de Heleen Jacques en fin d'après-midi. "Notre coach a reçu un coup de téléphone de Coucke qui lui disait que l'on continuait", a-t-elle révélé.

"Nous voudrions même nous engager encore plus. Si tout le monde accorde à partir de maintenant autant d'attention au football féminin (et au incroyable dames du RSCA) qu'à cette fake news, nous aurons fait un pas de plus vers un monde meilleur", a assuré Coucke via son compte Twitter.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK