L'analyse de Thierry Luthers: Une fameuse zone de turbulences

L'analyse de Thierry Luthers: Une fameuse zone de turbulences
L'analyse de Thierry Luthers: Une fameuse zone de turbulences - © Tous droits réservés

Cris racistes à Malines –Charleroi, panne d’éclairage à OHL-Union, panne de Var à Gand-Standard. Comme disait Pangloss dans le " Candide " de Voltaire, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes….
Le football belge n’a jamais connu une période d’aussi grandes turbulences. Dans le dossier du " footgate ", les enquêtes parallèles de Bruxelles et de Hasselt nous réservent encore leurs lots de rebondissements et de surprises dans les jours ou les semaines qui viennent. A commencer par l’extradition de Christophe Henrotay, résident monégasque mais justiciable belge. Et dont l’ex-beau frère et collaborateur Christophe Cheniaux, croupit toujours dans les geôles bruxelloises. On l’avait presqu’oublié ….
Au nord du pays, le débat du moment est à la fois politique et économique.  Certains mandataires s’émeuvent, à juste titre, des avantages fiscaux et sociaux réservés aux clubs de football en leur qualité d’employeurs. Lesquels, inquiets et confortablement assis sur leurs acquis du passé, ont immédiatement réagit par voie de la Pro League. 
Or ces mesures sont pour le moins justifiées dans la mesure où on ne voit pas pourquoi ces joueurs professionnels qui touchent des sommes importantes bénéficieraient de réductions fiscales différentes de n’importe quel autre employé ou salarié du Royaume…
Mais pour accomplir cette réforme, il faudra immanquablement  passer par une nouvelle loi. Et donc avoir un nouveau gouvernement fédéral pour avancer dans ce dossier. Tout comme il faudra légiférer pour obtenir le plafonnement à 10% des commissions d’agents de joueurs, comme c’est le cas en France. 
En revanche, la fameuse " clearing house " sera bientôt effective. Elle permettra une clarification des flux d’argents pour les sommes de transferts et les commissions d’intermédiaires. C’est une avancée appréciable qui devrait être d’application lors du prochain " mercato estival " (elle doit encore être approuvée par l’assemblée générale de la ProLeague). Reste à réguler plus précisément le statut de l’argent avec, notamment,  l’obligation d’une licence octroyée par la Fédération sous certaines conditions dont un  "access fee" (un droit d’entrée) fixé à 0,25% des recettes de l’agent….

Un arbitre gantois à Gand...

Restent les problèmes purement sportifs. On ne sait toujours pas quand seront rejoués Antwerp-Gand, Charleroi-Bruges et Saint-Trond-Genk. Ce qui nous vaut un classement en trompe l’oeil. Ensuite, lors de son dernier conseil d’administration, la Pro League a demandé une amélioration de l’utilisation du Var et une meilleure formation pour ses utilisateurs. Et pour les moyens techniques aussi devrait-on ajouter quand on songe à ce qui est arrivé hier soir à Gand. Ce n’est pas la première fois qu’on nous fait le coup de la panne mais là, cela a duré toute une mi-temps !  Ce qui n’a évidemment pas aidé Lothar D’Hondt, un jeune arbitre de 25 ans (le benjamin de la corporation) natif d’Evergem, à quelques kilomètres de…. Gand ! Était-il raisonnable de le désigner pour un match de cette importance, sachant que les confrontations entre ces deux prétendants au top 3 sont traditionnellement intenses ? Poser la question c‘est déjà y répondre. Professionnaliser l’arbitrage en Belgique en appelant des " experts " étrangers, c’est déjà discutable en soi. Et cela coûte beaucoup d’argent. Mais la désignation est un élément aussi important que la formation. " Sentir " la compétition, c’est plus difficile quand les responsables proviennent de France ou d’Angleterre….

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK