L'analyse de Thierry Luthers: Des émotions dans tous les sens...

L'analyse de Thierry Luthers: Des émotions dans tous les sens...
L'analyse de Thierry Luthers: Des émotions dans tous les sens... - © Tous droits réservés

C’était bel et bien le week-end sportif des petites et des grandes émotions.

Deux figures iconiques du sport qui disparaissent en moins de 24 heures, c’est peu fréquent. Et cela charrie, forcément, un torrent de sentiments mélangés et teintés de peine, de nostalgie et d’admiration. Robbie Rensenbrink et Kobe Bryant sont entrés, à jamais, dans le panthéon de nos mémoires. Deux sportifs, deux artistes, chacun dans son style, mais avec un point commun ; une façon d’évoluer tel un serpent sur les terrains ou sur les parquets….

Émotions aussi dans les stades belges avec l’hommage collectif à Miguel Van Damme, le gardien du C.S.Bruges , qui n’ pas encore gagné son combat contre la leucémie. Les applaudissements des supporters à la 16ème minute (le numéro de son maillot) hier dans tous les stades du Royaume nous ont rappelé que le monde du foot pouvait, parfois, se montrer solidaire au-delà des couleurs respectives…

Émotions, enfin, pour les supporters liégeois et anderlechtois. Avec un point commun pour la prestation de leurs équipes favorites face aux deux derniers du classement : médiocres mais couronnées, sur le fil, d’un  succès. Le Sporting peut encore rêver des P01, le Standard n’est guère rassuré avant d’aborder des échéances plus compliquées que l’amiable hors d’œuvre ostendais…

Un président dans le brouillard

Émotions enfin samedi soir à Charleroi avec l’arrêt du match contre Malines pour cause de brouillard. N‘en déplaise à MM Bayat et Hendrickx, le règlement fédéral est paradoxalement très…clair en la matière. Le match doit être rejoué "ab initio ", donc le début, à la première date disponible dans le calendrier (article 1428, point 14, impraticabilité du terrain et match arrêté).Était- il utile, dès lors, de se lancer à chaud dans des déclarations revendicatrices en brandissant la commission des litiges et la CBAS pour faire valoir ses droits ? Dans plusieurs pays limitrophes le match se rejoue aussi dès le début sans tenir compte du score acquis (même si, c’est vrai, c’est assez discutable sur le plan de l’équité sportive). Mehdi Bayat semblait l’ignorer. Comme il semblait méconnaître le règlement (interview à l‘appui) dont il est quelque part le garant en sa qualité de président de la Fédération.

Une fois encore, ambiguïté de la double casquette et donc potentiel conflit d’intérêt. Le dirigeant carolo n’aurait-il pas intérêt  à se tenir à l’écart des médias dans ce genre de dossier ? Poser la question, c’est déjà un peu y répondre…D’autant qu’hier le discours de l’administrateur-délégué du Sporting se voulait déjà plus consensuel…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK