Kaveh Rezaei, le Shah botté

Kaveh Rezaei, le Shah botté
Kaveh Rezaei, le Shah botté - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Après chaque match de Charleroi, c’est la même scène en zone interview du côté des Zèbres : Kaveh Rezaei parle, Mehdi Bayat traduit, tel un vieux couple tout droit sorti du Muppet Show. Car depuis son arrivée au Sporting, l’international iranien monte en puissance : avec ses 6 buts, quasi tous marqué dans le (petit) rectangle, le Perse fait parler sa finition.

" C’était un risque de quitter mon pays, mais c’est toujours le cas quand vous changez de club, même dans votre propre championnat " explique-t-il. " Je suis venu à Charleroi sans arrière-pensée, pour prendre du plaisir, faire grandir l’équipe… et je grandirai avec elle. "

Bouffeur de km

Buteur  travailleur, il a le profil du système Mazzù. Après chaque match, il est dans le top 3 des Zèbres ayant mangé le plus de kilomètres. Bienvenue donc… au Shah botté.

" C’est un attaquant complet " explique le gardien Nicolas Penneteau. " On a vu très vite en préparation qu’il avait du coffre : il marque, il court, il travaille défensivement, il soulage les médians, il est très précieux pour nous. " Le médian Gaetan Hendrickx abonde : " Kaveh s’est très bien intégré dans le vestiaire, il prend des cours de français, il est très modeste et il a ce désir de toujours apprendre et s’améliorer. "

Et pourtant le supporter carolo s’en souvient : Emamifar, Mahdavi, Yazdani, les (médiocres) Iraniens époque Abbas Bayat ont laissé des idées noires auprès du public hennuyer. " C’est mon père qui m’a fortement recommandé Rezaei " explique Mehdi Bayat. " Je ne vous cache pas que l’épisode précédent, avec les Iraniens de mon oncle, m’a fortement refroidi, et j’ai longtemps hésité. Mon père a tellement insisté que j’ai envoyé mes scouts, j’ai rencontré Kaveh, Felice a aussi été séduit par son profil et sa personnalité. Je ne le regrette pas : pour moi, c’est l’un des meilleurs attaquants de Pro-Ligue au plan de la régularité, il n’a pas fait un mauvais match depuis qu’il est là. "

Son Titi à lui

Demandez-lui son modèle, il vous répond… Thierry Henry : " J’ai passé ma jeunesse à manger de la vidéo sur YouTube et à me repasser ses buts à Arsenal. " Et Mehdi Bayat d’interrompre l’nterview : il lui promet de le faire rencontrer le grand Titi, un de ces jours à Tubize. Être ponte à la Fédé, ça ouvre des portes…

" En Iran, Kaveh est une vraie star " poursuit Bayat. " Il a 518.000 suiveurs sur Instagram, chaque photo qu’il poste fait 140.000 likes. Mais il reste humble et à l’écoute. Il s’est bien intégré à la Ville aussi. Et quand il vous promet de faire les interviews en Français en fin de saison, je suis sûr qu’il sera prêt. De manière générale, les Iraniens s’exportent très bien car ils ont connu la Révolution de 79 et nombre d’entre eux n’ont pas eu d’autre choix que de fuir le pays. Partout où ils aboutissent, ils se fondent dans la culture du pays, ils s’intègrent sans faire de vagues. "

Avec son Iranien, Charleroi perpétue ainsi sa tradition des bonnes pioches tôt ou tard revendues à très haut prix. " Le transfert n’a pas été évident à conclure : on a dû attendre la fin de son contrat car il était trop cher " explique le Directeur Général Pierre-Yves Hendrickx. " Il fallait aussi qu’il se sente prêt car il était beaucoup mieux payé en Iran. Il a fait un choix sportif : il voulait tenter sa chance en Europe car il avait en tête la Coupe du Monde en Russie. "

Foot magique

Un Mondial que l’Iran disputera avec sa nouvelle génération. " J’ai été international dans toutes les catégories d’âges, on a grandi avec le même groupe. Le Mondial pour nous c’est la cerise sur le gâteau. On a un très gros esprit, tout est possible, c’est la magie du foot. "

En marge de la magie du foot, il y aussi celle… du mercato hivernal, qui a laissé tant de mauvais souvenirs les derniers janviers à Charleroi. " Personne ne partira en janvier " promet Bayat. " On est 2e actuellement et on veut garder cette 2e place le plus longtemps possible pour assurer nos play-offs 1. Après pour l’été, on verra bien. Cela vaut pour Benavente comme pour Rezaei. "

Le supporter zébré est donc rassuré : cet hiver, le zèbre ne sera pas tondu. Mais en été…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK