Joeri, j'ai ri... Pour ne pas en pleurer !

Joeri, j'ai ri... Pour ne pas en pleurer !
Joeri, j'ai ri... Pour ne pas en pleurer ! - © Tous droits réservés

Dans un sketch resté célèbre, Jean-Marie Bigard évoquait jadis les fameux "grands moments de solitude". Joeri Van de Velde l’a connu à ses dépens hier soir à Sclessin. Pendant quelques minutes, le referee était complètement perdu, ne sachant plus à quel saint se vouer, pas aidé par ses assistants, lâché par son quatrième arbitre, houspillé par les joueurs mouscronnois, mis sous pression par le banc liégeois. Dans un premier temps drôle, la séquence est rapidement devenue pathétique tant elle n’en finissait plus... de ne pas finir !

Au bout de nombreux palabres et quasi échauffourées, l’arbitre a donc pris la mauvaise décision en excluant Trezeguet, faussant, de facto, l’issue de la rencontre. On apprend aujourd’hui que la deuxième carte jaune lui sera finalement retirée et attribuée à Stojanovic, l’auteur de la faute, par ailleurs légère. L’Excel portera plainte mais elle aura de toutes manières peu de chances d’aboutir. Qu’on le veuille ou non, nous sommes en effet dans le domaine de l’erreur d’appréciation et non d’erreur d’arbitrage puisqu’il n’y pas d’entorse objective au règlement.

En filigrane, cette scène surréaliste pose trois questions : le recours à la vidéo, le rôle du 4ème arbitre et la crise de notre arbitrage. La vidéo, on la veut rapidement maintenant que MM Blatter et Platini, chroniquement hostiles à la modernité technologique, ne sont plus aux commandes. Qu’on comprenne une fois pour toutes que la vidéo aidera les arbitres, comme en rugby ou en hockey. En attendant, le quatrième arbitre, lui, doit sortir de son rôle de maître d’école entre les deux coaches. Enfin, le football belge doit régler au plus vite la crise de vocations qui touche l’arbitrage. M. Van de Velde a beau être sympathique, il a 45 ans et n’a jamais été un aigle royal du sifflet. Place aux jeunes de talent... même si, hélas, il y en a de moins en moins qui pointent le bout de leur nez...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK