Jeunechamps veut "nettoyer les têtes" de "joueurs fragilisés"

José Jeunechamps a rencontré la presse pour la première fois en qualité de T1 du Standard. Le Verviétois a sept matches pour "nettoyer les têtes" de "joueurs fragilisés" par les défaites. Il veut "gagner le plus vite possible pour créer l'étincelle et espérer vivre des jours meilleurs".

Le Standard a surpris tout le monde en nommant José Jeunechamps à la tête de l'équipe première pour le reste de la saison. A commencer par le principal intéressé. 

"J'ai été surpris quand on m'a proposé le poste. J'espérais revenir au Standard mais beaucoup plus discrètement. Je n'ai pas réfléchi trop longtemps et j'ai accepté le challenge. Il y a trois semaines, j'étais chômeur. Donc retrouver du travail, c'est un plaisir mais retrouver du travailler au Standard lorsque l'on est liégeois, c'est vraiment quelque chose de très bien."

José Jeunechamps, déjà passé par le club entre 2007 et 2012, a retrouvé "son" Standard mais aussi quelques têtes connues comme Goreux, Edmilson, Ndongala, Cissé ou Fiore. "J'ai ressenti qu'ils avaient beaucoup de plaisir à me retrouver. J'ai aussi découvert des garçons que je connaissais moins. Je n'arrivais pas en terrain inconnu. J'avais vu plusieurs fois le Standard en direct. J'ai aussi suivi des rencontres à la TV."

Jeunechamps est épaulé par Luigi Pieroni et Eric Deflandre, des "vrais" liégeois. C'était selon lui une nécessité "de s'entourer de gens qui connaissent le Standard, qui ont cette ADN"

Etre catapulté pour quelques matches à la tête d'un club en plein doute, cela a tout du cadeau empoisonné. "Je ne vois pas les choses comme ça", coupe Jeunechamps. "Mon employeur est dans l'impasse et me demande de reprendre les rênes. Alors je fonce".

Le successeur d'Aleksandar Jankovic est d'ailleurs convaincu des qualités de son groupe. "Ces joueurs ont presté, notamment en Europa League, pourquoi ne pourraient-ils plus le faire ? Ils ont été fragilisés par la perte de points et de matches. Ils ont donc peur d'entreprendre. C'est pour ça qu'il faut transmettre un message positif. Il faut nettoyer les têtes".

A côté du discours positif, Jeunechamps a opéré quelques changements. "Les joueurs passent plus de temps au club. Si on veut qu'ils soient concernés, ce n'est pas en restant à la maison qu'ils vont l'être. L'intensité des entraînements est maximale pour se rapprocher le plus possible de celle des matches. C'est comme ça que j'aime travailler."

Son objectif est clair : "gagner un match le plus vite possible pour créer l'étincelle et espérer vivre des jours meilleurs".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir