« Je pense que Leko sait que son sort est scellé depuis plusieurs semaines à Bruges »

Ce dimanche dans Complètement Foot, David Houdret, Pascal Scimè et Joachim Mununga sont revenus sur la victoire du Club de Bruges face à Genk (3-2). Ce match peut-il marquer un tournant dans ce championnat de Belgique ?

« Je ne sais pas si on peut appeler ça le tournant du championnat »  explique Joachim Mununga. « Je pense que Genk finira champion. Ce qu'il y a, c'est que la pression est sur les deux équipes maintenant. Avant elle était surtout sur le Club de Bruges. Je ne pense pas qu’ils ont réussi à semer le doute dans l'équipe de Genk, mais en tout cas à éveiller le suspense parce que maintenant tout est possible. Si Bruges veut avoir une chance, il doit faire un 6 sur 6. Donc ce n'est pas encore fait non plus. »

Pour Pascal Scimè, la pression reste plutôt sur les épaules des Limbourgeois : « C'est un peu comme quand un joueur de tennis a raté plusieurs balles de match, qu’il doit servir pour le match et que ça commence à trotter dans sa tête. L'autre n'a rien à perdre. Et ici Bruges n'a rien à perdre. Bruges quoi qu'il arrive sera deuxième et Genk quoiqu'il arrive sera dans les deux premiers. Mais au vu de sa saison, Genk doit être champion. Ce qui est horrible dans le foot c'est qu'on n'a pas de mémoire. Si Bruges est champion, tout le monde dira que la saison de Genk est ratée et que Philippe Clément n'est pas un entraîneur qui sait gérer la pression. »

Philippe Clément, un entraîneur qui est d’ailleurs pressenti pour succèder à Ivan Leko à la tête du Club de Bruges…

« Dans le milieu, c'est un secret de polichinelle qu'il y a déjà eu des pourparlers, des appels du pied et même plus que ça » déclare Pascal Scimè. « On spécule beaucoup. Mais je pense que Leko sait que son sort est scellé depuis plusieurs semaines à Bruges. Mais par contre, chapeau à lui de ne pas baisser les bras. Et pour en discuter avec certains joueurs, le message d’Ivan Leko passe toujours. Les Brugeois étaient convaincus aujourd'hui qu'ils allaient gagner, comme ils sont convaincus qu'ils vont continuer à lutter et qu’ils vont peut-être finir champions. Et ça c'est le grand mérite du coach qui donne cette mentalité-là au noyau. […] Honnêtement je me poserais la question à deux fois si j'étais dirigeant du Club de Bruges. Si Bruges est champion, est-ce qu'il faut vraiment aller chercher Philippe Clément sachant que si Genk n'est pas champion, ce sera peut-être aussi parce que ses joueurs n’ont pas géré la pression ? La deuxième chose, c'est qu'on ne jouerait plus avec une défense à trois du côté du Club de Bruges. Le Club de Bruges va perdre plusieurs semaines pour changer son système de jeu, pour épouser le projet sportif de Philippe Clément. Cela va impacter clairement le début de saison et peut être le début de la campagne européenne des Brugeois. Quand on est un dirigeant éclairé, il faut se projeter sur les différents scénarii qui pourraient arriver. Je ne remets pas du tout en cause les qualités de Philippe Clément qui est un très grand coach. Il l'a montré. Un autre entraîneur n'aurait pas su trouver la parade au départ de Pozuelo. Philippe Clément l'a fait en changeant vraiment son système, en changeant les interprètes aussi et en permettant à des joueurs comme Ruslan Malinovskyi de briller encore plus. C'est un coach qui trouve les solutions. À lui maintenant de terminer le travail. »

« C'était une rencontre d'hommes comme on les aime, une rencontre pour le titre, remplie de rebondissements, avec énormément de tensions. Mais qui ont été très bien gérées au final. ». explique Joachim Mununga à propos de la gestion du match par le corps arbitral. « Je trouve que l'arbitre a fait une super rencontre parce qu'on a eu des débordements sur le terrain qui ont été plutôt bien gérés mais aussi en dehors du terrain avec Ivan Leko et Philippe Clément qui ont été pris par la passion du jeu. Mais je trouve qu'il y a eu une très bonne psychologie de la part du corps arbitral. »  

Joachim Mununga sur la réaction d’Ivan Leko sur le 2-1 : « J'ai envie de mettre ça sur la passion du jeu parce que de l’autre côté il y avait Philippe Clément qui était aussi autour de l'arbitre. Il l'a fait de manière beaucoup plus classe, mais il n'avait pas à être là non plus. Je crois qu'il faut laisser le corps arbitral tranquille. Leko le fait de manière plus théâtrale. Je pense que les deux devaient être punis. Le fait de garder les deux acteurs sur le terrain, de les calmer, j’ai trouvé que c'était un bon geste du corps arbitral. Mais je n’aurais pas été choqué s’il les avait renvoyés en tribunes. »

« Je pense qu'Ivan Leko peut vraiment remercier son assistant Edwart Still qui sur ce coup-là le sauve peut-être d’une suspension de deux-trois matches » termine Pascal Scimè. « Alors c’est clair qu’il y a de la tension sur ce genre de match. Mais honnêtement pourquoi faire un tel cinéma alors qu'il y a but ? »

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK