Jbari : "Ce Bruges est à l'image de Preud'homme"

Après le récital du FC Bruges face à Anderlecht ce dimanche, l'équipe de Complètement Foot est revenu sur le titre amplement mérité des Blauw en Zwart.

"Parfois, je n’ai pas été tendre dans mes analyses avec le Club de Bruges mais je l’assume, a expliqué Nordin Jbari, champion avec Bruges en 1998. C’est une équipe à l’image de Michel Preud’homme. Ça joue dans la verticalité, avec un milieu de terrain qui ne produit pas beaucoup de jeu mais avec quelqu’un comme Izquierdo devant, ça porte ses fruits. Un joueur comme Diaby aussi, qui n’est pas vraiment un numéro 9 mais qui est dans la vivacité. En tout cas, félicitations."

"Nordin parlait de jeu direct, la formule 'magique' de Michel Preud’homme. Au moins, là-bas, il y a du jeu… Anderlecht, c’est faible ! C’est un football anarchique, parce qu’on ne sait pas qui commande et aujourd’hui, d’accord Defour n’était pas là, mais j’ai vu 11 brebis. Et en face, il y avait 11 loups qui ont mangé toutes les brebis. […] Bruges, sur l’ensemble de la saison, mérite son titre, poursuit Pascal Scimè. C’est quand même l’équipe qui était première à la fin de la saison régulière. Mais ils ont aussi eu des coups de mou : 10 défaites ! Bruges est le champion le plus battu d’Europe, tous championnats confondus ! C’est aussi quelque chose à méditer quand on va se pencher sur la qualité réelle, pas du club de Bruges, mais de notre championnat. Après, moi ce que j’aime à Bruges, c’est qu’il y a un plan de jeu. A chaque rencontre, on savait pertinemment comment l’équipe allait évoluer, Bruges ne s’est quasiment jamais adapté à son adversaire et c’est ce qui a fait leur force. Ils ont sciemment sacrifié la Coupe d’Europe mais au bout du compte, il y a le titre. Ils ont fait des choix, ils ont tout misé sur le championnat, ça passait ou ça cassait mais on sentait depuis plusieurs semaines que c’était l’année ou jamais pour le Club de Bruges."

Le top 3 brugeois de la saison

"L’ombre au-dessus de mon top 3, vous l’aurez bien compris, c’est Michel Preud’homme. Il a pu garder cette équipe sous pression toute la saison et surtout dans le money time et ces Playoffs 1. Ça leur a permis de faire un match comme aujourd’hui, d’être présents le jour J, et d’écraser Anderlecht que ce soit physiquement ou mentalement, analyse Nordin Jbari. Dans mon top 3 des joueurs, il y a Diaby, qui a apporté beaucoup plus que ses 15 buts. C’est quelqu’un qui bouge beaucoup, qui décroche, qui joue dans l’intervalle, qui a une bonne technique, et qui a parfois des coups de génie comme on l’a vu sur son deuxième but. Ensuite, je mets Refaelov, parce qu’il a pris ses responsabilités après le départ de Vazquez. Il est devenu le dépositaire du jeu brugeois quand Vanaken n’était pas encore au top. Et enfin, je citerai Vormer. Il a amené cet équilibre avec tous les techniciens de l’équipe. C’est quelqu’un avec qui on peut aller à la guerre, il a amené de l’agressivité positive dans le pressing des brugeois ces derniers mois, et c’est un meneur !"

"En troisième position, je place Vormer parce que, contrairement à ses coéquipiers, il a été régulier sur l’ensemble de la saison. Il n’a quasiment pas connu de coup de mou. Il est généreux et il est intelligent dans sa générosité. Au début de sa période brugeoise il a parfois été un peu chien fou, maintenant il sent mieux les coups. Il est peut-être moins offensif mais il a appris à se sacrifier pour l’équipe. Ensuite, je mets Butelle. Je suis persuadé que s’il ne vient pas en janvier, Bruges n’est pas champion, en tout cas, pas avec trois journées d’avance. C’est un gardien qui a pris des points là où les autres étaient moins bien. C’est un patron, qui communique sa grinta et son calme. Ryan a été très difficile à remplacer, mais je pense qu’ici, le Club de Bruges tient son gardien pour les trois ou quatre prochaines saisons. En première position, je choisirais Izquierdo, l’homme des Playoffs. Il a été flamboyant. Alors c’est vrai qu’en début de saison il n’a pas toujours fait les bons choix mais nous sommes en Belgique, et ici, quand tu es la meilleure équipe pendant les Playoffs tu gagnes le titre. Et si tu es le meilleur joueur en Playoffs tu fais en sorte que ton équipe soit championne. S’il ne fallait retenir qu’un seul match d’Izquierdo, regardez ce qu’il a fait la semaine dernière à Gand. Il a été monstrueusement bon" conclut Pascal Scimè.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK