Jankovic : "On était plus dans l'engagement que dans la qualité"

Rejoint en fin de match par l'Union, le Standard n'a toujours pas gagné en play-offs 2 (2-2). Avec deux points en trois matches, le rêve de qualification européenne s'évanouit peu à peu. Aleksandar Jankovic reconnait que son équipe "est dans le dur" et depuis "longtemps". Il n'y a qu'un seul remède : la victoire. Mais ce succès qui pourrait relancer la machine a filé in-extremis entre les mains liégeoises pour la deuxième fois en une semaine.

"L'égalisation tombe à la 94e minute, donc c'est difficile de faire une analyse lucide de ce match. On était dans l'engagement plus que dans la qualité", résume le coach serbe du Standard. "Vu le contexte dans lequel on se trouve, c'est peut-être logique. On prend un but sur la première action dangereuse de l'Union. Après on a eu une période de flottement. Ensuite, on revient, on mène et on gère ... en étant positionné peut-être un peu plus bas que prévu. A part une tête, on n'a rien donné en deuxième mi-temps. Et puis à la fin, on encaisse un but. Cela fait très mal. C'est difficile d'accepter ça. C'est le deuxième match de suite où on encaisse à la dernière minute des arrêts de jeu (Gerkens avait égalisé à la 94e à Sclessin le week-end dernier, ndlr)".
 

"Vu le contexte, on ne peut pas demander de la qualité, on doit demander une victoire"

Les semaines se suivent et la courbe des résultats ne décolle pas. Jankovic cherche les solutions mais ne se sent "pas impuissant" face à la situation. "On joue et on se bat tous ensemble. Et on va s'en sortir tous ensemble. Quand vous êtes dans le doute et que le contexte est négatif autour (du club), cela se ressent. On ne peut pas demander une qualité extraordinaire. On doit demander une victoire pour relancer la machine. Et nous on passe deux fois de suite à côté à une minute près. Les joueurs sont très déçus dans le vestiaire et c'est normal".

Avec une victoire sur les 15 derniers matches, le bilan de Jankovic est loin d'être brillant. Les rumeurs d'un licenciement circulent, elles ont été démenties par la direction et ne perturbent pas l'ex-coach de Malines. "Je ne pense pas à cela une seconde. Est-ce que les joueurs sont encore derrière moi ? Ils sont derrière le maillot qu'ils portent. Est-ce que vous voyez une équipe qui ne se bat pas ?", interroge-t-il à son tour avant de répondre lui-même à sa question. "Non, les joueurs sont motivés et tous à fond. Avec nos moyens. Pour l'instant, on est dans le dur, cela dure longtemps. On s'en sortira ensemble".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK