"Deux bêtes blessées face à face"

Jacobs : "Deux bêtes blessées face à face"
Jacobs : "Deux bêtes blessées face à face" - © Tous droits réservés

Ariel Jacobs a présenté l'affrontement entre le Standard et Anderlecht comme un duel entre "deux bêtes blessées". Il a aussi évoqué l'après Courtrai ou la suspension de Wasilewski.

Le Sporting d'Anderlecht a complètement manqué sa première mi-temps face à Courtrai. A l'heure de l'analyse, le Diegemois a préféré laisser la parole aux joueurs. "La période de dictature est terminée. Vous devez laisser l'occasion à vos joueurs d'exprimer ce qu'ils ressentent sur le terrain. D'expliquer pourquoi les choses ont marché ou non. J'ai lancé le débat en leur donnant la parole. Ce que j'ai trouvé très positif, c'est qu'il n'y a pas eu de critique. Parce que tout le monde s'est rendu compte que ça avait été mauvais individuellement et collectivement. Et petit à petit, le groupe en est venu à dire, en grosse partie, ce que j'avais ressenti sur le banc."

Cette contre-performance a, selon Jacobs, au moins un effet positif : le groupe est plus réceptif. "Très souvent un excès de confiance est plus difficile à gérer pour un entraîneur que la situation présente. Comprenez-moi bien, elle n'est pas gaie. Mais en cas d'excès de confiance, le discours a plus de mal à passer. Ici, le joueur, le groupe est conscient de la mauvaise performance."

Pour l'entraîneur bruxellois, "toutes les équipes des play-offs 1 peuvent encore être sacrées". Il s'étonne d'ailleurs que certains puissent penser le contraire. "Tout d'un coup, on se pose la question parce qu'Anderlecht a perdu des points. C'est le charme des play-offs. Je crois que toutes équipes qui disputent les PO, à moins d'avoir 25 points de retard, ont une chance. Tout peut aller très vite même pour le 6e. Je pense donc que l'on ferait une grave erreur en pensant que le titre va se jouer entre deux ou trois équipes".

Une manière d'évacuer la pression? Oui et non, puisque quand on lui demande quel résultat le contenterait contre le Standard, Ariel Jacobs répond "les trois points!". Avant de nuancer. "Mais José Riga va dire la même chose. Tout entraîneur de la 4e provincial à la D1 veut gagner en développant du beau jeu. C'est normal. Demain, deux bêtes blessées seront face à face. Perdre 3-0 à Gand n'est certainement pas agréable. La seule différence, c'est que le Standard veut être européen et que nous nous visons le titre."

Enfin, Ariel Jacobs a prudemment donné son avis sur la suspension de Marcin Wasilewski. "De manière générale, ça ne doit pas être facile de prendre une décision. Je crois aussi qu'un certain nombre d'éléments ont plaidé en sa défaveur parce qu'il porte le nom de Wasilewski"


M. Weynants avec G. Vankerkom

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK