"Ivan Leko colle bien à l'Antwerp par son approche moderne"

Ivan Leko, le choix risqué de l'Antwerp ?
Ivan Leko, le choix risqué de l'Antwerp ? - © BRUNO FAHY - BELGA

D’un papy roumain à un jeune loup croate, l’Antwerp reste à l’Est : le baquet occupé depuis 3 saisons par Laszlo Bölöni passe sous les fessiers d’Ivan Leko, qui rebondit de manière surprenante après s’être fait oublier. Football-Gate oblige...

Ce choix ne m’étonne pas tant que ça, je le trouve même assez logique " explique Alex Teklak, consultant RTBF et Proximus. " Leko a fait ses preuves dans le passé en devenant tout de suite champion avec Bruges, relevant ainsi le pari très audacieux de ses dirigeants. Avant cela, il avait déjà marqué son territoire et posé sa griffe à OHL puis à Saint-Trond. C’est un coach qui n’a jamais cessé de monter, et pour l’Antwerp ce n’était pas un choix difficile. Comparé à Bölöni, il amène un style de jeu plus offensif et plus moderne, il va sans doute reconstruire son équipe sur un trois arrière comme partout où il passe. Sa passion et sa jeunesse le rendront sans doute plus proche des jeunes joueurs que ne l’était un Bölöni. Mais il est tout aussi exigent et rigoureux que le Roumain, et il faudra voir si son approche collera avec les caractères forts de ce groupe. "

Ce n’est pas une équipe que l’ex-coach titré avec Bruges reprend sous sa coupe, c’est un authentique chantier. À l’image d'un Bosuil en rénovation continue, l’Antwerp remanie de fond en comble son effectif. Bolat et Mirallas s'en vont car ils sont jugés trop chers, même régime pour le Batave Wesley Hoedt qui n’était anversois qu’en transit. Mbokani se cite lui-même en Chine… en espérant sans doute que le Great Old accède à ce qu’Anderlecht lui avait refusé voici douze mois : un contrat de deux ans ferme. Et des éléments comme Lamkel Ze, Buta, de Sart et Arslanagic sont très convoités…

C’est clair que Leko va partir d’une feuille quasi blanche " poursuit Teklak. " Il va devoir aussi se faire à la méthode de Lucien D’Onofrio, qui a l’habitude de faire ses transferts en dernière minute ‘parce que c’est là qu’on fait les meilleurs coups’ comme il le dit lui-même. Mais pour un coach qui doit tout construire, ce n’est pas très 'confort'. À Bruges, Leko a pu reprendre une équipe dont les fondations avaient été posées par Preud’homme. Le Croate aura-t-il à Anvers le temps qu’il réclamera légitimement ? C’est à voir… Mais l’Antwerp est aujourd’hui redevenu un club de pointe qui veut se réinventer, avec une vision moderne. Et c’est en cela que je pense que Leko colle bien à ce projet. "

Au Bosuil l’ex-coach des Gazelles va aussi retrouver un certain Lior Refaelov, qui avait précisément quitté le Breydel car le même Leko ne lui y donnait plus sa chance. Pour rejoindre donc la Métropole où l’Israëlien (12 buts et 5 assists la saison passée) a acquis un statut... de 2e joueur le plus décisif, après l’incontournable Mbokani.

La différence avec Bruges, c’est que Refaelov y avait une concurrence de dingue, vu les présences de barons comme Vanaken et de Vormer " poursuit Teklak. " À Bruges, Refaelov a aussi connu pas mal de pépins physiques liés à l’accumulation des matches : sa fragilité ne supportait pas les exigences de calendrier du Club, engagé sur trois fronts. À l’Antwerp, Refaelov est revenu au sommet car les échéances étaient moindres : il y était géré aussi comme une vedette dont on a besoin, et cela l'a remis en selle. Au final, sa fin de parcours à Bruges n’était pas liée qu’aux décisions de Leko. En revanche, si ces soucis reprennent à l’Antwerp avec le Croate, alors on aura compris… "

Des nuages extra-sportifs pourraient aussi plomber le ciel anversois d’Ivan Leko quand se clôturera l’enquête du Football-Gate. Rappelons que le Croate a passé une nuit en prison et est inculpé de blanchiment d’argent dans le cadre des malversations de son (ex- ?)agent Dejan Veljkovic, le principal acteur (et repenti) de l’affaire...

 " L’enquête est toujours en cours, et c’est vrai que le boomerang peut lui revenir dans la figure " conclut notre consultant. " L’Antwerp en subirait dès lors des dommages collatéraux… même si on sait que la Belgique est le pays du compromis et que des choses étranges s’y passent toujours. Leko ne va sans doute plus se retrouver en prison, mais il devra sans doute répondre de manœuvres fiscales : comment vivra-t-il ces moments ? Quand il a signé à Al-Ain, cela ressemblait fort à une fuite pour se faire oublier. Mais les gens ont une mémoire sélective et cette affaire risque de le poursuivre encore quelques temps… "

En engageant Leko, l’Antwerp prend donc un risque… A moins que les pontes du Bosuil n’ait reçu des infos rassurantes des enquêteurs ?