Incertain quant à son avenir au RSCA, Van Holsbeeck réclame de la clarté

Interrogé ce vendredi après la première conférence de presse anderlechtoise de Marc Coucke, nouvel actionnaire majoritaire de RSCA, Herman Van Holsbeeck a réclamé de la clarté à son conseil d’administration pour pouvoir continuer à faire son travail dans la plus grande sérénité.

"Je ne m’accroche à rien du tout, j’ai un contrat à durée indéterminée donc je peux arrêter du jour au lendemain si un accord est trouvé. La seule chose que je veux, c’est d’avoir de la clarté sur la personne qui prend la décision et qui me donne ou non une enveloppe pour faire des transferts, avance le manager sportif du Sporting un peu nerveux. Je ne suis déjà pas très populaire auprès de supporters alors je ne veux en aucun cas être le bouc-émissaire pour les deux mois qui vont venir (avant l’arrivée effective de Marc Coucke prévue le 1er mars, ndlr). Le mercato d’hiver commence bientôt et je pense que Hein Vanhaezebrouck est nerveux. Je veux que les choses soient claires."

Intronisé en 2004 par Roger Vanden Stock, Van Holsbeeck a lié il y a peu son avenir à celui de 'son' Président. Même s’il ne l’a pas confirmé, on comprend dans ses propos que son futur à Anderlecht s’écrit désormais en pointillés. Il a d’ailleurs parlé sans sourciller de Luc Devroe que tous les observateurs voient déjà comme son plus probable successeur.

"Après son limogeage à Bruges (en janvier 2011, ndlr), j’ai été l’un des premiers à appeler Luc Devroe pour lui proposer de s’occuper de tout le scouting du RSCA. Finalement, ça ne s’est pas fait parce qu’il n’était pas prêt pour venir directement de Bruges à Anderlecht, se souvient HVH. C’est quelqu’un dont je connais les compétences footballistiques et qui a en plus l’avantage d’être 10 ans plus jeune que moi. Il faut juste que les choses soient claires et que les responsabilités soient bien établies. Après, ce sera à moi de décider si j’accepte ce nouveau fonctionnement ou pas. Si le projet pour le Royal Sporting Club d’Anderlecht est un projet intéressant et que le Président me dit : "Travaille avec eux parce que c’est bien", j’aurai le choix entre accepter ou trouver un accord pour partir."

Et Van Holsbeeck de conclure en souhaitant un maximum de réussite à son possible futur successeur : "Je ne serai pas jaloux de mon successeur. Quoiqu’on dise, le palmarès reste ce qu’il est. Les matches n’ont pas toujours été beaux mais à la fin, tu restes avec huit titres, quatre fois vice-champion et deux fois troisième. J’espère que mon successeur fera mieux et qu’en Europa League ou en Champions League, on fasse encore beaucoup mieux qu’on l’a fait."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK