Il y a 7 ans Seraing jouait en première provinciale… le voici aujourd’hui aux portes de la D1 !

C’est donc désormais officiel, le RFC Sérésien disputera deux matchs de barrages au début du mois prochain pour monter en division 1A. Sans doute face à Mouscron. Avec le match-aller dans le vénérable stade du Pairay. Disons-le tout de go : c’est une fin de saison totalement inespérée pour le club sérésien qui abordait ce championnat de division 1b sans la moindre ambition. Sinon celle de se maintenir. Car Seraing, troisième en division 1 amateurs la saison dernière, n’a dû sa montée qu’au passage de la D1A à 18 clubs et au fait qu’il disposait de la licence pro. Ce qui rendit d’ailleurs cette compétition de D1B pour le moins atypique avec, finalement… 4 montants (suite à la non-licence pour Virton et à la faillite de Roulers) et la présence, incongrue, d’une équipe espoirs, celle du club brugeois.


►►► À lire aussi : D1B : Seraing barragiste pour monter en D1A après la victoire de l’Union

►►► À lire aussi : D1B : résultats et classement


 

Un serial-buteur venu de Metz

5 images
Georges Mikautadze © Belga – Bruno Fahy

Avant l’entame de la compétition, on s’attendait généralement à une lutte pour le titre entre un grand favori, l’Union, et deux outsiders nommés Lommel et Westerlo. Ces derniers ont déçu. Et "les Rouge et Noir" ont fait preuve d’une belle régularité après un début de saison pétaradant.

Leur attaquant franco-géorgien Georges Mikautadze, 20 ans, claquait les buts avec une efficacité impressionnante. Devenu international dans son pays, il est un des 7 joueurs du noyau prêté par le club de Metz, pensionnaire de Ligue 1 française.

►►► À lire aussi : Le Barça, Metz, Eden Hazard et Kylian Mbappé : Le buteur de Seraing "Georginho" Mikautadze se dévoile

Il faut savoir que Seraing a été racheté en juillet 2013 par le club lorrain. Qui en a fait un club satellite. Une alliance rendue presque naturelle par la proximité de l’homme d’affaires septuagénaire Bernard… Serin. Président du F.C. Metz mais aussi président de la très performante société sérésienne d’ingénierie "CMI" devenue, depuis, le groupe "John Cockerill".

Aujourd’hui, Metz est l’actionnaire principal du club. Bernard Serin, en personne physique, et le président Mario Franchi détiennent les autres parts de la société. Avec un budget inférieur à 4 millions, le club est un des petits poucets de sa série. S’il monte au sein de l’élite, il devra donc encore grandir sportivement et financièrement.

De P1 en D2… grâce à Boussu

5 images
Les installations du RFC Seraing © Belga

S’il a toujours eu du mal à rallier de nombreux supporters dans les travées du stade de la Boverie (un problème récurrent dans l’histoire du club), Seraing peut en revanche s‘appuyer sur des infrastructures communales de qualité et un partenariat avec la ville qui fonctionne aussi très bien au niveau de l’ASBL de l’école des jeunes qui permet à plus de 500 jeunes de s’entraîner dans de bonnes conditions.

Un peu d’histoire. Rappelons que Seraing a évolué en division 1 de 1982 à 1987 et de 1993 à 1996 avant de voir son matricule 17 absorbé par celui du Standard pour des raisons économiques. Le club disparaissait alors avant de renaître sous d’autres formes successives. Depuis, il a connu un parcours assez chaotique avant de se retrouver en première provinciale en 2014.

C’est alors que les dirigeants du club ont saisi une opportunité en achetant le matricule de Boussu-Dour. C’est-à-dire en payant les dettes du club borain. Officieusement, on avait évoqué une somme d’un million d’euros. Du coup, Seraing se retrouvait en D2… gagnant d’un coup quelques divisions grâce à une simple opération administrative et financière. Ce qui n’avait pas manqué de susciter quelques polémiques à l’époque…

Des liens avec le Standard

5 images
Emilio Ferrera © Belga – John Thys

Seraing a toujours vécu dans l’ombre du Standard. Le grand cousin sur l’autre rive de la Meuse. Mais il est en très proche également. Mario Franchi, le président, est un supporter acharné des "Rouches". Il possède de longue date une loge centrale dans le stade de Sclessin. Emilio Ferrera, l’entraîneur sérésien, a été naguère l’adjoint de Michel Preud’homme au Standard où a été formé Marc Grosjean, autre membre actuel du staff de Seraing.

Philippe Gillis l’actuel directeur général du club de Seraing, a été longtemps le comptable du Standard. Enfin, Bernard Serin a toujours été très proche de la fratrie D’Onofrio. D’ailleurs le regretté Dominique d’Onofrio a effectué des missions de scouting pour le club de Metz. Il est d’ailleurs décédé inopinément à Buenos-Aires en 2016 dans le cadre d’une de ses missions.

Pas un long fleuve tranquille…

5 images
Les joueurs serésiens réunis en cercle © Belga – David Pintens

Pourtant, en coulisses, la saison 2020-2021 de Seraing n’aura pas toujours été un long fleuve tranquille. 5 joueurs du noyau (Werner, Boulenger, Labye, Cascio et Stevance) réclament devant le tribunal du travail une prime de montée.

Même si la montée il y a quelques mois a été effective pour des raisons administratives et non sportives. Et puis il y a eu l’affaire de la tricherie sur les tests COVID (falsification d’identités lors du test) effectuée début février mais révélée récemment. Plusieurs membres du club ont été convoqués devant le parquet de l’Union belge. L’instruction de la fédération est toujours en cours.

Le team-manager Peter Kerremans, figure emblématique du club, a toujours clamé avoir été le seul instigateur de cette magouille, aussi ridicule que grossière. Pour le reste, le club attend le verdict de la Fédé mais la montagne pourrait accoucher d’une souris puisque les 3 joueurs dont a changé le nom au profit de trois jeunes n’ont pas joué le match de coupe contre le Standard ni le suivant en championnat car Lommel avait déclaré forfait !

Il n’empêche qu’un des jeunes joueurs victimes de la substitution d’identité pour les tests PCR réclame aujourd’hui des dommages et intérêts auprès du club qui a remis ce dossier dans les mains de son avocat.

En signant un partenariat avec Seraing, le club de Metz, actuel dixième de ligue 1 française, espérait amener le " petit frère belge " vers le sommet de sa compétition domestique. Il y a un an, le passage vers le monde professionnel avait déjà constitué une étape importante. L’accession à l’élite en serait une autre. Et sur deux matchs de barrage, tout est toujours possible…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK