Huyck, président de Waasland-Beveren : "Si la Pro League maintient les 16 équipes, nous empêcherons la compétition de commencer"

Dirk Huyck, président de Waasland-Beveren.
Dirk Huyck, président de Waasland-Beveren. - © DIRK WAEM - BELGA

Décidément cette histoire n’en finit plus de faire couler de l’encre. Dernier rebondissement en date ce jeudi avec le tribunal de Termonde qui a donné raison à Waasland-Beveren et demandé la réhabilitation du club en D1A. Dans le cas contraire, la Pro League s’opposerait à une plantureuse amende fixée à 2,5 millions d’euros par journée disputée sans Waasland.

Malgré cette menace, la Pro League peut encore décider demain, vendredi, d’annuler la décision du tribunal et de maintenir un championnat à 16 équipes, auquel cas le feuilleton ne serait toujours pas terminé. Conscient de cette éventualité, Dirk Huyck, le président de Waasland-Beveren s’est montré satisfait de la victoire devant les tribunaux mais s’efforce de rester patient.

"Nous sommes satisfaits de cette décision, mais le plus important pour nous est bien sûr ce qui se passera demain. Nous espérons qu’il y aura enfin une forme de solidarité à l’Assemblée générale. C’était notre souhait depuis le début. Nous ne pensons pas que d’autres clubs puissent décider du sort du nôtre" a-t-il expliqué à Sporza.

La situation est claire. Nous devons être inclus dans le calendrier 1A et une pénalité doit être donnée à la Pro League. Attention, nous n’avons pas l’intention de faire chanter la Pro League, mais nous voulons être intégrés le plus vite possible en lancer notre saison en D1A” a-t-il renchéri.

Et si, malgré tout, la Pro League décidait vendredi de s’en tenir au format des 16 équipes ? Une éventualité que le boss de Waasland ne veut pas envisager mais qu’il garde, malgré tout, dans un coin de sa tête : “Je pense qu’un nombre suffisant de personnes connaissant le dossier et connaissant le système judiciaire de notre pays ont déclaré ces derniers jours que c’était la seule décision possible. Cette proposition de 16 clubs ne devrait pas être à l’ordre du jour. Je prie pour une proposition constructive de la Pro League pour l’avenir de notre sport. "

Le mot de la fin est, on ne peut plus clair : "Si la Pro League reste rigide et campe sur ses positions, ce serait un point de non-retour et une honte pour notre sport. Ensuite, nous retournons devant la CBAS et nous empêchons la compétition de démarrer."



 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK