Hamdi Harbaoui : "J'ai le même profil que Teodorczyk"

Après avoir quitté Lokeren en juin dernier pour signer à Udinese, Hamdi Harbaoui a effectué un retour surprise en Belgique en fin de mercato en rejoignant le Sporting d'Anderlecht. Invité de l'émission "La Tribune", l'attaquant tunisien a expliqué la raison de ce choix.

"Quand je suis revenu du Qatar, j'ai signé à Lokeren mais je ne voulais pas rester plus de six mois là-bas. Udinese s'est manifesté au mois de mars et j'ai décidé de me lier à ce club. J'ai fait toute la préparation avec l'équipe italienne. Je n'ai pas été repris pour les trois premiers matches de championnat d'Udinese alors que je me sentais prêt. Il y a eu directement l'intérêt d'Anderlecht. J'ai beaucoup discuté avec mon agent (Mogi Bayat, ndlr) et j'avais vraiment la volonté de signer à Anderlecht", a-t-il ainsi souligné.

"Toujours eu envie de jouer pour ... Anderlecht !"

En mai 2014, son nom a pourtant circulé une première fois au Standard où il semblait être la recrue idéale pour remplacer Michy Batshuayi. "L'année où j'ai terminé meilleur buteur du championnat de Belgique, il y avait l'intérêt du Standard et d'Anderlecht aussi, a-t-il révélé. J'ai choisi le Qatar à ce moment-là. J'avais 29 ans et c'était un choix plutôt financier. Mais, j'avais toujours en moi cette envie de jouer pour ce qui constitue à mes yeux le meilleur club en Belgique, à savoir Anderlecht."

"Quand je vois jouer Teodorczyk, je me vois jouer"

Dimanche, à Genk, Hamdi Harbaoui a marqué son premier but avec les Mauves et a ainsi participé à la belle victoire de sa formation (0-2), une victoire qui a pris forme grâce notamment à sa montée au jeu et à l'audace du coach suisse René Weiler qui a opté pour un duo en pointe, Teodorczyk-Harbaoui. Et dire qu'il n'avait pas travaillé ce schéma tactique à l'entraînement.

Le buteur polonais, 7 buts en 7 matches toutes compétitions confondues, reste toutefois, pour le moment, le choix n°1 de l'entraîneur du RSCA. Pas de quoi stresser Harbaoui qui a révélé sur le plateau de "La Tribune" : "Il y a 5 ans de cela, j'aurais sans doute râlé ou j'aurais mal réagi. Râler et ne pas s'entraîner, cela ne sert à rien. Tu dois profiter des minutes que le coach te donne pour faire la différence. J'ai appris à faire cela déjà à Lokeren et aujourd'hui, je vis très bien à Anderlecht. Je suis super heureux. Je sais que Teodorczyk est un vrai buteur et je sais que je suis aussi un buteur. C'est cela la concurrence. Hier, il n'a pas marqué (à Genk, ndlr) et moi j'ai marqué, c'est comme cela."

Et de poursuivre : "Quand je le vois jouer, je me vois aussi. On a le même profil."

Les deux hommes ont prouvé qu'ils pouvaient jouer ensemble mais cela ne signifie pas que l'expérience sera renouvelée d'entrée de jeu la semaine prochaine à l'occasion de la venue de Westerlo au Parc Astrid.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK