Guillaume Gillet : "Philippe Montanier a tout pour réussir au Standard..."

A l'issue d'un feuilleton qui n'a que trop duré, le successeur de Michel Preud’homme au Standard est désormais connu. Il s’agit donc du Français, Philippe Montanier. Un entraîneur, âgé de 55 ans, dont le profil correspond, à priori, aux critères recherchés par les dirigeants du club de Sclessin. Un coach expérimenté, ayant obtenu des résultats probants dans plusieurs clubs tout en n’hésitant pas à donner sa chance aux jeunes joueurs, et surtout, habitué à supporter la pression.

Après avoir propulsé Boulogne-sur-Mer, club modeste de CFA (l’équivalent de la 4ème division), en Ligue Un, en 5 ans à peine, le Normand s’est illustré à Valenciennes mais surtout en Espagne, où il a même été élu entraîneur de l’année en terminant 4ème avec la Real Sociedad derrière les 3 ténors du championnat (Barcelone, le Real Madrid et l’Atlético) avant de rejoindre le Stade Rennais, club avec lequel il atteindra la finale de la Coupe. De retour en France, il y a deux ans, après un passage plus compliqué à Nottingham Forest, il a contribué au retour du Racing Club de Lens parmi l'élite du football hexagonal avant d'être limogé en février dernier.

Chez les Sang et Or, il a notamment dirigé le…Liégeois, Guillaume Gillet. L’ex-diable rouge, désormais sans club, ne tarit pas d’éloges quand il évoque son ex-mentor qui a, selon lui, toutes les qualités pour réussir au Standard de Liège.

-Guillaume, on connaît donc désormais le nom du successeur de Michel Preud’homme au Standard et ce n’est pas vraiment un inconnu pour vous puisqu’il s’agit de Philippe Montanier que vous avez bien connu durant votre séjour à Lens ?

" Oui, c’est vrai. Je peux même dire que j’ai eu la chance de travailler avec lui et cela durant presque deux saison au Racing club de Lens. Il faut savoir que si j’ai signé là-bas il y a deux ans, c’est grâce à lui. C’est un entraîneur que je connaissais déjà de réputation et que j’appréciais. Philippe Montanier me voulait déjà quand il entraînait Rennes mais l’affaire n’avait malheureusement pas pu se conclure alors que je souhaitais déjà travailler avec lui. Il avait notamment réalisé de très belles choses avec la Real Sociedad en terminant 4ème de la Liga espagnole. Donc, quand il m’a appelé pour me demander si j’étais intéressé de la rejoindre à Lens, je n’ai pas hésité un seul instant. Même en Ligue 2, j’étais très motivé à l’idée de commencer une aventure avec lui "

-Quelles sont les principales qualités de Philippe Montanier ?

" C’est avant tout quelqu’un de très professionnel mais il est aussi passionné par son métier d’entraîneur. Il adore vraiment son boulot. C’est quelqu’un qui a une relation très forte avec ses joueurs. Il est proche d’eux et est toujours à l’écoute. Il essaie de créer une bonne ambiance au sein du groupe. C’est très important pour lui. A Lens, il a accompli du très bon travail même si cela s’est un peu mal terminé pour lui puisqu’il a été remercié juste avant l’arrêt du championnat. Je suis sûr qu'il aurait pu nous mener en Ligue Un. Je pense que les chiffres parlent pour lui et que son bilan était très positif du côté de Lens ".

>>> LIRE AUSSIPhilippe Montanier, sans doute le meilleur rapport qualité/prix pour le Standard

-Il est connu pour être un formateur. Est-ce qu’il a donné sa chance à des jeunes joueurs au Racing Club de Lens ?

" Oui, tout à fait. C’est un formateur dans l’âme. N’oublions pas qu’avant Lens, c'est lui qui a donné les premières minutes de jeu à Antoine Griezmann à San Sebastian. Et puis, il a aussi fait débuter Ousmane Dembélé à Rennes. A Lens, il suivait de très près l’évolution du Centre de formation et n’hésitait pas à incorporer des jeunes dans le noyau de l’équipe première. Il a ainsi lancé plusieurs jeunes dans le grand bain, quitte à prendre la place des plus anciens ou des joueurs ayant un gros vécu. C’est quelque chose qui ne lui fait pas peur. Les noms ne comptent pas trop pour lui. Il fait jouer les meilleurs en fonction de la forme du moment. C’est ainsi qu’il forme son équipe (son onze de base) chaque semaine ".

-Alors, au Standard, on le sait, il y a une grosse attente du public. Michel Preud’homme en a parlé dans son interview, son successeur devra être rôdé à la pression. Vous pensez que Philippe Montanier pourra gérer cette fameuse pression au Standard ?

" Ecoutez, on parle ici d’un coach qui a entraîné en Espagne, il a terminé 4ème avec la Real Sociedad ; il a coaché en Angleterre ; à Rennes, qui est quand même un bon club du championnat de France ; et à Lens où le public est également bouillant et la pression très forte. Je pense donc qu’il ne devrait pas y avoir de problème pour Philippe Montanier au Standard. Il a l’habitude de cette pression. Maintenant, c’est vrai que le Standard peu compter sur un public très chaud, qui est derrière son équipe, mais si les résultats ne suivent pas, les supporters peuvent aussi rapidement se retourner contre le coach. Cela dit, je pense que c’est quelqu’un qui a assez d’expérience pour faire face à ce genre de situation. A Lens, la pression était aussi énorme. C’est un club qui voulait et devait remonter en Ligue Un. C’était pratiquement une obligation envers les supporters et Philippe Montanier a parfaitement géré ça. En tout cas, jusqu’au mois de février mais les dirigeants ont ensuite décidé de se séparer de lui alors que nous étions 3èmes, à seulement un point de la 2ème place. Donc, il n’y avait rien de mal fait et tout était encore possible. Au risque de me répéter, c’est un entraîneur qui gère très bien la pression donc je n’ai vraiment pas peur pour lui au Standard… "

-Donc, vous pensez que Philippe Montanier a les qualités pour réussir au Standard ?

" Oui, j’en suis certain. C’est un excellent entraîneur qui a aussi travaillé pour la Fédération Française de Football, principalement avec les équipes de jeunes en sélections nationales. Il a donc toutes les qualités requises pour faire du bon boulot en Belgique et au Standard en particulier ".

-Dernière chose, Guillaume, vous êtes toujours à la recherche d’un club, et si Philippe Montanier pensait à vous pour rejoindre le Standard ?...

" …Euh, on ne sait jamais. Ce serait étonnant mais pourquoi pas (rires)… . Non, mais c'est vrai que je suis toujours à la recherche d’un club. C'est une situation un peu stressante mais je ne me tracasse pas trop. On a encore un peu le temps et je finirai bien par trouver…"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK