Genk et Anderlecht se neutralisent et… font les affaires de Bruges

Un partage qui ne fait les affaires de personne. Au terme d’une rencontre globalement plaisante, Genk et Anderlecht se sont quittés bons… ennemis (1-1). Les Mauves avaient pourtant pris les commandes de cette rencontre grâce à un (superbe) but d’Anouar Ait El Hadj à la demi-heure mais l’inévitable Paul Onuachu a égalisé après l’heure de jeu.

Au classement, Genk reste 2e (35) et revient provisoirement à quatre petits points de Bruges, qui affrontera l’Antwerp jeudi soir, mais rate l’occasion de mettre la pression aux Blauw&Zwart. Du côté d’Anderlecht, qui n’a pas démérité et aurait peut-être pu revendiquer mieux, c’est un 3e partage consécutif. Plus convaincants dans le jeu, Les Mauves ne compilent donc qu’un frustrant 3/9 et sont 3e avec 32 unités.

Le résumé

Après l’imbroglio complètement surréaliste autour du VAR, place aux hostilités. D’un côté un Genk euphorique, de l’autre un Anderlecht prudent mais aux aguets.

Et si les Mauves mettent le pied sur le ballon, ce sont les Limbourgeois qui se forgent la première vraie occasion. Ito trouve Onuachu d’une louche astucieuse. Le contrôle du géant nigérian est parfait mais sa reprise en demi-volée, n’est pas cadrée (9’). Verbruggen peut respirer.

Réponse du berger anderlechtois à la bergère limbourgeoise. Ashimeru est mis sur orbite dans la surface. Il canarde Vandevoordt sans ménagement mais le portier de Genk se détend bien (12’).

Anderlecht est bien dans son match et le pétard ambulant Ashimeru fait office de détonateur. Sa chevauchée sur le flanc droit est limpide, le ballon transite par les pieds de Cullen et Ait El Hadj avant d’atterrir chez Nmecha mais la frappe de l’Allemand est trop écrasée.

Du côté de Genk, tous les ballons atterrissent dans les longilignes guiboles du serial buteur maison, Paul Onuachu. Seul dans la surface face à une ribambelle de cuisses bruxelloises, il tente sa chance mais se heurte au retour de Sardella (21’).

Le diamant Anouar

Sans tomber dans une orgie footballistique, le début de match est plaisant. Ashimeru, le meilleur anderlechtois, a des fourmis dans les jambes et met (à nouveau) Vandevoordt à contribution. Le jeune portier limbourgeois détourne sereinement (26’).

Tournant de la 1e mi-temps juste après la demi-heure. Ashimeru, encore lui, trouve Verschaeren qui remet intelligemment à Ait El Hadj. Seul dans la surface, le petit meneur de jeu bruxellois mystifie le pauvre Lucumi d’un petit pont presque embarrassant avant de calmement crucifier Vandevoordt. Un cocktail de lucidité et de technique qui met Anderlecht aux commandes ! (0-1, 34’).

Un but d’ouverture qui décante une mi-temps qui avait tendance à s’enliser. C’est d’abord Ito qui se lance dans un festival individuel avant de buter sur Verbruggen. Sur la contre-attaque, Ait El Hadj connaît le même frustrant scénario, Vandervoordt s’interposant brillamment. Rideau.

Le début de la 2e mi-temps est plus terne, Anderlecht défend le plomb, magnifié par le match titanesque de Josh Cullen, et Genk ne trouve pas de solutions.

Onuachu, le talisman de Genk

Mais avec ces Limbourgeois en pleine confiance, le danger rôde toujours quelque part. Alors que Anderlecht se lance dans une valse de changements, Ito, lui profite de la désorganisation ambiante pour délivrer une merveille de centre tendu. Onuachu, étrangement seul, déploie sa longue carcasse et ne laisse aucune chance à Verbruggen. Tout est relancé ! (1-1)

Anderlecht tente de réagir mais pêche inlassablement à la conclusion, les remplaçants Amuzu et Dauda confirmant leur sempiternelle et chronique imprécision devant le but. Et quand ce n’est pas la malchance, c’est le poteau qui sauve Genk sur cette frappe de Mikhaylichenko. La fin de match tombe dans une douce folie, la reprise d’Arteaga heurtant la transversale !

1-1, score final, Anderlecht compile un 9e match sans défaite mais conservera sans doute un goût de trop peu ce soir en quittant la Luminus Arena. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK