Berrier : "J'étais sûr de moi"

"J'étais le tireur désigné pour les penalties. A ce moment-là, je ne ressens pas de pression. Je sais que je vais le tirer comme ça et je suis sûr de moi au moment de frapper. Après, j'ai un peu de réussite parce que le gardien part de l'autre côté", raconte Franck Berrier au micro de Rodrigo Beenkens.

Si le Standard continue son sans-faute à domicile, la victoire contre Westerlo a été lente à se dessiner. "En première mi-temps, je devais tourner autour de Mémé Tchité mais je n'ai pas touché beaucoup de ballons. Donc, en deuxième période, j'ai joué plus bas sur les conseils du coach. Je devais trouver l'espace et les intervalles."

Les entrées de Bia, Seijas ou encore Cyriac ont, aussi, amené un plus en fin de rencontre. "Ils ont apporté plus de vie sur les côtés. Ça a crée des espaces. Luis (Seijas) nous a notamment fait du bien avec sa vitesse", analyse le Français.

Après de long mois de galère, Berrier retrouve, petit à petit, le niveau qu'il affichait à Zulte-Waregem. "J'espère que le plus dur est derrière moi. Il y aura peut-être des hauts et des bas parce que j'ai beaucoup travaillé en juillet tout seul pour être prêt pour ce début de saison. J'espère que le contre coup ne sera pas trop long parce qu'il y en aura un."

M. Weynants avec R. Beenkens

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK