Fiction : si les Play-Offs m'étaient contés… (Episode 4)

Mehdi Carcela : ma famille d'abord.
Mehdi Carcela : ma famille d'abord. - © KURT DESPLENTER - BELGA

Et si les Play-Offs 2019-20, coronavirus oblige, devaient ne jamais se jouer ? Pas de souci, on vous en fait tout de même le récit. Conseil aux supporters et dirigeants : à prendre avec les réserves d’usage. Et un chouïa d’ironie…

--------------------

Pour ceux qui auraient manqué l’épisode 1 : Fiction : les Play-Offs accouchent d’un champion viral (épisode 1)

Pour ceux qui auraient manqué l’épisode 2 : Fiction : si les Play-Offs m'étaient contés… (épisode 2)

Pour ceux qui auraient manqué l’épisode 3 : Fiction : si les Play-Offs m'étaient conté (épisode 3).
--------------------

 

JOURNEE 5 (9-10 JUIN) : KEVIN, LE CHÔMEUR…

Black Friday à Sclessin, c’est solde sur le spectacle au derby wallon entre Caïn de Lîtch & Abel de Charlouze. Lolo Ciman et Dante Bomfin, ex des deux camps, sont là au coup d’envoi pour apaiser les terrils, rien n’y fait : c’est phase à chaud façon Arcellor entre les kops. Les Gueules Noires  arrachent leurs sièges direction la pelouse, en ayant pris soin de baver dessus pour répandre efficacement la molécule Covid-19. Le PHK local réplique par des chants anti-wallons… avant de prendre conscience de son absurde méprise.

Le match lancé avec 13 minutes de retard, seul le brave Cimirot trouve la faille sur son 1er tir… depuis sa signature, 22 mois plus tôt. But gommé après intervention du VAR… et 9 nouvelles minutes de palabres : en tribune, Mazzù brandit son smartphone avec l’image-témoin, le ballon n’avait pas complètement franchi la chaux (0-0). En loge, au drink d’après-match, Venanzi demande à Felice s’il a des plans pour la saison prochaine. Clin d’œil complice de l’intéressé.

Une brique dans le ventre

Samedi soir à la Ghelamco Arena : pour la venue de l’Antwerp, Ivan De Witte cause forcément briques & boulons avec Paul Gheysens. Louwagie glisse à son boss un dossier d’indemnisation Tempêtes et Dégâts des eaux pour sa toiture bazardée au passage de la très chaude Ciara. Le bobo anversois ne mouftant pas, le DG gantois descend, furieux, au vestiaire chauffer ses troupes. Après une demi-heure, la vieille chouette est totalement déplumée : Vadis a décoché lourdement des 30 mètres, Depoitre se rappelle de sa vieille formule de l’hypoténuse apprise à l’ICHEC et enfourne deux fois Bolat (3-0). Gand venge son élimination de Coupe et gratte son 1er succès en Play-Offs.

À l’interview d’après-match, Bölöni déplore un manque d’attaquants et charge Mirallas qui, adepte du StayAtHome, s’était mis en chômage technique pour palper, les orteils en chou-fleur, ses 2.353,21 euros brut par jour. Comment ça, c’est par mois ? À Monaco, le téléphone fixe de Christophe Henrotay sonne dans le vide.

Dans sa Coucke

Topper dévalué entre Anderlecht et Bruges à la Lotto Arena, le grattage des boules ne livre aucun numéro complémentaire. La piqûre du Dr Sas fait encore des miracles : pour son retour, Colassin place sa petite graine syndicale dans la caisse à Mignolet. Distrait, Deli faisait justement des œillades à son fan-club 100% féminin venu spécialement de Matongé. Illico, Coucke tweete en message privé Michaël Verschueren, son nouveau Directeur Financier (fonction très provisoire), assis deux rangées plus bas : " Ajoute un zéro à la clause de sortie du Toine ".

Manque de bol, Vincent Kompany, trop respectueux du social distancing, laisse filer Emmanuel Dennis : le Nigérian se la rejoue Real Madrid et bute en trébuchant d’une épaule plongeante, immédiatement nominée pour les buts de l’année de La Tribune (1-1). Sur le banc, Percy Tau a les yeux dans les nuages : nostalgique, il se repasse ce soir de Coupe du 27 septembre 2018 où sa chère Union en avait passé trois aux brelles mauves. Mais où est donc passé Niakaté ?

 

En tête, toujours le tandem Bruges-Charleroi (40 points), suivi du Standard (36). Gand suit avec 33 points, devant l’Antwerp 31 et Anderlecht 30.

 

JOURNEE 6 (12-14 JUIN) : QUI EST CE JUGE DE LIGNE ?

Avant ce Bruges-Antwerp, De Bleeckere a encore réglé trop fort le banc solaire en semaine : la tête lourde, Frankie programme le même juge de ligne que lors du duel du 2 février. Attentif, ce finaud de Vanaken l’a vu et repasse le même ballon que naguère : ligne ou pas ligne, but ou pas but ? Hans s’en fout, Lardot valide, Bolat frise la crise de nerfs (1-0). Guéri de ses prurits et demeuré roi des assists, Vormer dédie sa nouvelle passe décisive à sa chère et tendre qui, depuis 6 semaines, intube les patients Covid-19 aux soins intensifs de l’UZ Gand.

Bart Verhaeghe avait bien trois caisses de Goal Line Technology dans les caves de son vieux Breydel mais respectueux des règlements, il ne l’a pas fait tourner... Prends ça, Paul Gheysens : fallait pas bloquer mon nouveau stade de Loppem avec ton stupide pré-carré privé. 4e défaite en 6 matches de tour final pour l’Antwerp, Bölöni poursuit son chemin de croix : mi-mars, Laszlo n’aurait pas dû demander ses fiches à Francky Dury, le coach aux plus mauvaises stats de l’Histoire en Play-Offs 1…

 

Une affaire de famille

Au tour de Gand : en l’absence de Genk dans ces Play-Offs, le Standard choisit les Buffalos pour montrer qu’il est très, très, très inspiré par sa remontée de 2011. Preud’homme tente un coup de poker gagnant : il titularise le duo des germains Carcela et autorise la chicha à la mi-temps. Mehdi & Joachim remercient le coach en multipliant les tours du monde et doubles contacts dans les seize adverses : Avenatti n’a plus qu’à placer son coup d’épaule puis plat du pied. Dans le temps additionnel, Kums va chercher la même lucarne droite qu’au dernier Boxing-Day, mais Bodart a vu venir et retenu la leçon (1-0).

Comme toujours mauvais perdant, Louwagie foudroie du regard son poto MPH, lui chuchotant à l’oreille qu’il pourrait ressortir ses vieux dossiers si Michmiche  continue à lui piquer ses points. Dans un coin du vestiaire Visiteurs, Depoitre se dit qu’il aurait dû accepter l’offre rouche l’été dernier. De retour à la Ghelamco Arena aux petites heures, le duo De Witte-Louwagie prépare le dossier C4 de Thorup et smse le fidèle T2 Peter : es-tu prêt à dégainer ton art, Ballette ?

Le réveil mauve

Fidèle à leurs principes, les divas mauves ne se bougent que face aux bien classés : après Bruges, Anderlecht remplit sa semaine à domicile en dominant  Charleroi. Petr Zulj, l’homme qui voyait " ce que les autres ne voient  pas " (sic) troque enfin le monocle pour les lentilles de contact et détruit le plafond de Penneteau. Lequel, dans la minute suivante, fait la jongle de trop devant Amuzu qui, trop ému sans doute, heurte encore barre et poteau avant de placer enfin dans le but vide (2-0).

Au coup de sifflet final, Belhocine court s’excuser chez Kompany : il s’est mal exprimé à l’aller et n’avait pas voulu offenser Sa Sainteté Sérénissime. Le VAR tombé en panne dès la 6e minute de jeu, Mehdi Bayat charge Marc Coucke de collusion avec le fournisseur technique – cumul de casquettes, quand tu nous tiens. Les tuyaux de Zetterberg, venu en toute amitié au sein de la délégation zébrée en souvenir de ses années au Mambour, n’ont pas percuté. Fallait sans doute traduire en Iranien pour Ali et Kevah.

 

Au classement, Bruges (43) reprend 3 points d’avance sur Charleroi (40) ; derrière, le Standard (39) attend son heure. Chez les cancres, Gand (33), Anderlecht (33) et l’Antwerp (31) se disputent les miettes.