Felice Mazzu : "On était la meilleure équipe sur la pelouse en première mi-temps"

L’Union Saint-Gilloise s’est inclinée 0-1 pour son retour dans son stade en première division 48 ans plus tard face à au FC Bruges mais n’a pas démérité. Supérieurs en première mi-temps, les Unionistes ne sont pas parvenus à faire la différence et se sont fait surprendre par un but de Sobol à moins de 15 minutes de la fin de la rencontre.

Felice Mazzu était tout de même fier de la prestation de ses joueurs : "Je pense que les joueurs, tout le groupe, les dirigeants et les supporters peuvent être fiers de ce que l’équipe a montré. Je pense qu’on était la meilleure équipe sur la pelouse en première mi-temps. On a eu assez d’opportunités pour mener au score. Malheureusement on a galvaudé nos occasions. En deuxième mi-temps il est vrai que Bruges a poussé un peu plus mais ils n’ont pas créé de situation super dangereuse. On a deux ou trois opportunités de nouveau en deuxième mi-temps avant et après le but on en a encore une belle. C’est dommage parce que quand vous jouez le Club de Bruges et que vous prestez à ce niveau-là… On a réussi à mettre du rythme, on a réussi à mettre de l’impact. On s’est créé autant d’occasions. C’est bien, c’est un bon signal, on doit s’appuyer là-dessus pour le futur".

La différence dans ce match s’est sans doute faite au niveau de l’expérience, qui manque encore aux Unionistes : "Ça fait partie de l’apprentissage. On a mis un plan en jeu. Je pense que jusqu’au face-à-face de Vanzeir avec Mignolet c’était bien en place. Après malheureusement on a galvaudé nos un-contre-un mais c’est l’apprentissage. On a encore de l’expérience à acquérir. Notamment ce coup-franc à la 90e où on a quatre joueurs autour du ballon alors qu’on doit revenir au score. Il nous manque encore des joueurs dans la surface. Ce sont de petits détails qui font la différence aujourd’hui. Je pense que les joueurs méritaient au moins un point aujourd’hui pour ce qu’on a montré footballistiquement, sur l’organisation et sur le nombre d’occasions créées".

Le public a retrouvé les travées du stade Joseph Marien en première division pour la première fois depuis 48 ans et aura sans aucun doute un rôle important à jouer cette saison : "Ils nous ont manqué énormément l’année passée. Aujourd’hui ils sont derrières nous, même dans la défaite. Je pense qu’ils ont compris que les gars avaient tout donné et qu’il n’y a rien à leur reprocher. Ce sera un atout supplémentaire pour notre saison".

Après avoir battu Anderlecht et fait souffrir Bruges, l’Union se déplacera au Beerschot.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK