Arrivée de Vercauteren à l'Antwerp : pour du rendement ? Demandez Franky !

Du rendement ? Demandez Franky...
2 images
Du rendement ? Demandez Franky... - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Luciano D’Onofrio a encore frappé. Mine de rien, c’est un très gros coup réalisé par l’Antwerp, et son sulfureux directeur sportif, de rapatrier Franky Vercauteren au pays. Genk avait tenté l’affaire à l’automne, le Standard aussi ces derniers jours… avec, à chaque fois, le même refus de l’intéressé pour " raisons familiales ". Car oui, le concepteur du centre-banane mauve avait profité de son passage à Samara, en Russie, pour y refonder famille.

Sauf que pour son choix anversois, Vercauteren ne parle... plus de paramètres familiaux : il n’évoque qu’un " challenge sportif ". Permettons-nous, quand même, d’y ajouter un gros volet financier : le boss du Great Old, Paul Gheysens, a le portefeuille très épais… et les ambitions qui vont avec.

D’Ono a donc réussi à tacler son ex-centrale rouche dont les finances crient famine. Il sait aussi que Vercauteren n’a pas son pareil pour remettre très vite une équipe sur les rails : charisme, expérience, rigueur… et fermeté quand elle s’impose. Sur ses 6 mois de coaching au Parc Astrid (avant le stop pour raison Covid) comme " belle-mère " du process Kompany, Vercauteren a remonté le rendement local à 60 % des points. Pour… 22% pour le duo Davies-Kompany avant lui.

Roi du rendement

Adepte d’un jeu organisé et réaliste, Vercauteren n’est pas le chantre du foot-champagne, mais il n’a pas son pareil pour rentrer du bois au plus vite avant l’hiver. Deux fois champion avec Anderlecht. Sacré avec Genk après une saison-galère. Architecte de la remontée en D1 du Cercle de Bruges… jusqu’alors à la rue en D2. Reconstructeur d’OHL au début du projet Leicester. N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Et comme le talent sait reconnaître le talent, Franky-le-têtu sait aussi y faire avec les égos suintant la classe. C’est Vercauteren qui a guidé les pas du jeune Kevin De Bruyne à Genk. C’est encore Vercauteren qui a repêché Anthony Vanden Borre au fond du marais, pour le conduire jusqu’au Mondial 2014. Qui sait : Vercauteren relancera-t-il Didier Lamkel Zé, diamant brut trop souvent trahi par un mental de moineau ? Il ne l’exclut pas…

Vercauteren trop mauve pour coller à l’ADN du Standard ? C’est l’argument sorti ces derniers jours en bord de Meuse. Mais l’ex-Petit Prince du Parc Astrid le sait mieux que quiconque… et il le dit d’ailleurs lui-même : le seul ADN du foot moderne est celui de la victoire. Et les étiquettes sont toujours collées par cette opinion extérieure si souvent passéiste.

Guerre d’égos ?

Osons le pari : avec Vercauteren, l’Antwerp signe déjà le gros coup du mercato hivernal. Alors bien sûr, Franky n’a signé que 5 mois dans un club qui vise le titre à moyen terme… peut-être avec lui, l’avenir le dira.

Alors bien sûr, l’histoire se terminera, comme toujours, par une guerre d’égos : Vercauteren s’est fritté avec Kompany, il a quitté le Cercle et Genk quand on ne lui laissait plus apposer ses idées. Et au Bosuil, mettez Gheysens, D’Ono et Franky dans une pièce commune, ça promet des fusibles qui chauffent… Mais d’ici ce pétage de durite annoncé, l’Antwerp griffé Franky aura sans doute fait des étincelles.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK