Deux ans après son éclosion, Yari Verschaeren doit désormais confirmer

C’était il y a deux ans jour pour jour. Et il semble que le terrain synthétique de Saint-Trond soit une source d’inspiration pour Hein Vanhaezebrouck quand il s’agit de lancer un jeune talent. Et force est de reconnaître que l’ancien entraîneur du Sporting d’Anderlecht a vu clair. Un an après avoir accordé ses premières minutes en pro à Alexis Saelemakers sur la pelouse du Stayen, il titularise cette fois, contraint par les blessures qui minent alors son noyau, Yari Verschaeren alors âgé de 17 ans. Nous sommes le 25 novembre 2018.

Yari Verschaeren qui dit alors ceci dans les colonnes de Sport/Foot Magazine : "Je suis conscient que s’il n’y avait pas eu des blessures et des joueurs en méforme, je ne serais pas au même point aujourd’hui. Hein Vanhaeazebrouck a ma reconnaissance pour toujours."

L’estime est réciproque. Et le risque calculé. Hein Vanhaezebrouck assiste à cette époque à toutes les rencontres de l’équipe réserve du Sporting d’Anderlecht. Il est sûr de son coup. Et puis il n’a pas trop le choix. Le Sporting est 4e après 15 journées de championnat et a déjà subi 3 défaites et concédé 3 partages. Et de plus, il est privé pour ce périlleux déplacement de Trebel, Dimata et Kums. Anderlecht est à la recherche d’un 3e succès de suite. Et dans ce contexte particulier, il mène 1-2 avant de voir sa jeune équipe plier puis rompre face aux Trudonnaires. Et ce n’est pas illogique tant l’effectif bruxellois est jeune.

Vanhaezebrouck s’appuie effectivement sur cinq joueurs qui ont alors moins de 20 ans. Verschaeren, Bornauw, Saelemakers et Amuzu débutent. Et Doku monte au jeu à la 78e à la place de Verschaeren précisément. Anderlecht s’incline 4-2 mais l’impression laissée par les jeunes est bonne. Amuzu est à l’assist, Verschaeren trouve le poteau… En cas de succès les Mauves auraient profité des faux pas de Bruges, Genk et de l’Antwerp pour remonter à la 2e place et revenir à deux points de Genk, leader.

L’opération mathématique est donc ratée. Mais l’essentiel est ailleurs. Le public a découvert le petit Yari Verschaeren que d’aucuns comparent alors à un certain Marc Degryse ou à Alin Stoica.

Verschaeren monte en puissance. D’abord joker face à Genk et Charleroi, il goûte à l’Europa League le 29 novembre contre Trnava. Puis son temps de jeu augmente à mesure que ses prestations illuminent un Sporting d’Anderlecht qui fait reposer toute sa créativité sur les épaules du gamin insouciant. Il est titulaire face à Eupen et le Standard avant d’enchaîner des matches entiers contre l’Antwerp, Bruges, Lokeren, Courtrai et Ostende. Ses stats sont intéressantes pour un jeune joueur de 17 ans : un but face à Eupen le 27 janvier 2019 (son premier en Pro League), une passe décisive face à l’Antwerp et Bruges et deux face à Ostende.

Un premier coup d’arrêt face au Standard

La progression de Yari Verschaeren est constante. La saison suivante, il enchaîne les matches. Jusqu’à cette blessure subie lors du match face au Standard. Aux alentours de l’heure de jeu, le talent mauve est à la lutte avec Lavallée et se tord la cheville. Les ligaments sont touchés et Yari Verscaheren est absent 2 mois. Il revient doucement face à Beveren (1 minute) et Zulte Waregem (13 minutes) en fin de saison dernière. Avant d’entamer cette saison en mode mineur. Il goûte au banc et même à la tribune contre Eupen et l’Antwerp. Vincent Kompany lui apprend à la dure que le talent seul ne suffit pas. Même si, il redevient doucement un titulaire (quasi) incontournable.

Le joker de Roberto Martinez

Si Kompany apprend à Yari Verschaeren la remise en question, Roberto Martinez en fait un de ses jokers. Verschaeren a très vite goûté à l’équipe nationale des moins de 17 ans et a marqué en Italie lors de l’Euro moins de 21 ans le 19 juin 2019. Et comme Martinez aime exploiter le filon des espoirs Belges pour gonfler l’effectif des A (Delcroix, Doku, Bornauw, Saelemakers, Couke peuvent en témoigner), il a donné sa chance assez vite au petit milieu de terrain du Sporting d’Anderlecht. En septembre 2019, il joue quatre minutes à Glasgow. Avant de planter, sur un penalty "offert" par Lukaku, son premier but face à Saint-Marin. Dans la foulée, à l’exception des matches face à la Russie et la Suisse, il a toujours été appelé par Roberto Martinez. Il ne serait donc pas surprenant de voir participer au prochain Euro ce jeune joueur dont la valeur est estimée à une quinzaine de millions d’euros. Et qui a 19 ans seulement a déjà été désigné Espoir de l’année lors de la cérémonie du Soulier d’or (devant Jonathan David et Sander Berge !!), Espoir de l’année au gala du footballeur pro, et Espoir de l’année au gala du sportif belge de l’année. Aujourd’hui, Yari Verschaeren a 19 ans. Tout l’avenir devant lui. Et tout à prouver encore dans les saisons à venir qui seront les plus difficiles. Celles de la confirmation.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK