Degryse : "Le personnage 'Marc Coucke' attire un peu trop l'attention"

Degryse : "Le personnage 'Marc Coucke' attire un peu trop l’attention"
Degryse : "Le personnage 'Marc Coucke' attire un peu trop l’attention" - © Tous droits réservés

Ce dimanche, Anderlecht a retrouvé le sourire en s’imposant dans une rencontre spectaculaire face à Mouscron (5-3). Une victoire acquise sous les yeux du futur nouveau président Marc Coucke qui a fait sa première apparition au stade Constant Vanden Stock. De là à dire que la présence du nouveau patron a redonné des couleurs aux Mauves, il n’y a qu’un pas.

"Il ne faut pas exagérer non plus, ce n’est pas un gourou, estime Stépahne Strecker sur le plateau de La Tribune ce lundi soir. Symboliquement, ça a quand même fonctionné mais je souhaite vraiment que Coucke ne soit pas La star du Sporting d’Anderlecht. Le RSCA doit être plus grand que son président."

"Sans le connaître personnellement, j’ai une admiration sans borne pour lui, assure Philippe Albert. Cette accessibilité et cette bonne humeur qu’il y a autour de lui, … Dimanche, les joueurs se sont sentis directement concernés et plus relâchés."

Mais Marc Degryse tempère : "Si Mouscron marque le 4-4, qu’est-ce qu’on dit aujourd’hui ? Je suis convaincu que son arrivée va être un succès. Ce changement était nécessaire, cela va amener plus de plaisir, plus d’enthousiasme, plus d’investissement mais j’espère que dans six mois ou un an, on parlera des joueurs et pas tout le temps du président. Il a bien aimé Ostende, il va aimer Anderlecht mais il aime surtout lui-même et les caméras. Son personnage attire un peu trop l’attention."

"Au niveau sportif, il ne se mettait pas trop en avant du côté d’Ostende. Je suis persuadé de sa réussite à Anderlecht" surenchérit Albert.

Et Degryse d’embrayer : "Vous pensez que Silvio Proto et Nicolas Lombaerts ne sont pas des volontés de Coucke ? Je pense que c’est lui qui a payé et qui a dit : "Je veux ces joueurs-là". C’est une bonne affaire pour les Mauves parce qu’il va mettre de l’argent et amener des bons joueurs mais…"

"C’est un passionné, il aime les bains de foule, il est dynamique, exubérant. Pour avoir un personnage comme celui-là, il faut peut-être remonter à l’époque de Johan Boskamp et de Raymond Goethals" assure Rodrigo Beenkens.

"J’ai eu la chance d’être entraîné par une star du football mondial, Kevin Keegan, qui était positif 24h/24h. On sentait cette envie de réussir. Ça se transmet aux joueurs. C’est parfait pour Anderlecht" analyse Albert.

"Ostende ce n’est pas la même chose qu’Anderlecht. Au KVO, s’il perdait ou s’il gagnait, c’était la fête. S’il perd deux fois au Sporting, il sera tout seul à faire la fête. Il faudra qu’il s’adapte un petit peu à Anderlecht" conclut Degryse.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK