Croonen : « Genk est la seule équipe qui a vraiment une stratégie pour travailler avec les jeunes »

Peter Croonen, le Président de Genk, était l’invité de La Tribune ce lundi. Ce grand amateur de cyclisme croit aux chances de titre de son équipe. Il est convaincu qu’il réussira à conserver Philippe Clement, malgré l’appel des sirènes brugeoises. Enfin, il a détaillé la politique du club, qui est à la base de la réussite actuelle.

Au lendemain de la défaite à Bruges, son Racing occupe toujours la tête mais son avance s’est réduite à trois unités. A deux journées de la fin, les Limbourgeois « ont toujours les cartes en main et c’est très important ». Selon son Président, le revers encaissé au Jan Breydel n’a pas entamé la sérénité du noyau.

« Je suis confiant, Clement va rester chez nous »

A force de briller semaine après semaine, les cadres de Genk sont courtisés. Philippe Clement aussi. « C’est un entraîneur de très haut niveau. C’est un des Belges qui peut aller à l’étranger. C’est vrai que Philippe a un lien très clair avec Bruges. Mais je suis confiant, il va rester chez nous. Jouer la Ligue des Champions, essayer de répéter une saison comme celle-ci. : C’est un défi important. »

Le Racing Genk base sa réussite sur sa formation et sur une politique de transfert efficace. Avec un nom-clé : Dimitri De Condé. « Il a le cœur genkois. Il a beaucoup de classe et de métier ».

Une politique sportive en trois axes

Avec 25 millions d’euros de budget (le 5e de Pro League), le leader du championnat fait des merveilles. La ligne de conduite du club est claire. « Il y a trois piliers à notre politique sportive : les jeunes de notre académie club (ils sont en moyenne 10 dans le noyau de 25), les jeunes talents internationaux qu’on essaie de garder le plus longtemps possible et puis il y a des joueurs dont on a besoin pour créer l’équilibre dans l’équipe. »

Les jeunes du club, titrés en U15, U16, U18 et U21, ont justement montré la voie « aux grands ». « On est très fort dans le recrutement. On sait retenir nos jeunes parce qu’on leur donne l’espoir de jouer en équipe première. Je crois que le KRC Genk est la seule équipe qui a vraiment une stratégie pour travailler avec les jeunes ». Tout commence par le scouting. « Et quand on a trouvé le joueur, on va chercher qui est son agent. Si dans les négociations, il y a des propositions qui ne sont pas acceptables, on va refuser le joueur. Même si c’est dur, si on croit vraiment dans ce joueur ».

Et le système fonctionne superbement. Ces dernières années, le Racing a aussi rempli ses caisses en réalisant des plus-values très intéressantes (Courtois, De Bruyne, Milinkovic, Koulibaly, Ndidi, Pozuelo,…).

« Les PO1 ? Une formule qui a augmenté le niveau du foot belge »

Le Président du Racing est un fervent défenseur des Play-Offs 1. « C’est un choix stratégique pour le football belge. Bien sûr, c’est difficile pour l’équipe qui termine première de la compétition régulière. Mais on connaît les règles avant la compétition. C’est vraiment important pour le foot belge d’avoir ce système. C’est une formule qui a augmenté le niveau de notre football. Les PO1 sont pour moi une des clés qui a permis à la Belgique de monter de la 15e place à la 8e au coefficient européen. Je suis convaincu que c’est une phase de très haute qualité. » Croonen ne changerait rien aux PO1, par contre il faudrait modifier les PO2. « C’est différent d’une équipe à l’autre. Nous quand on commençait les PO2, on y croyait toujours à fond. Il y a un ticket européen en jeu mais beaucoup d’équipes n’ont pas cette ambition-là. Et c’est dommage. On peut peut-être changer quelque chose à ce niveau-là (financièrement, ticket européen) pour vraiment augmenter la valeur des PO2 ».

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK